AXENSTAR     The Inquisition      Arise
Troisième opus pour le quintette suédois Axenstar, The Inquisition est une galette de très bonne facture. Les hostilités débutent avec « The Fallen One » une excellente entrée en matière qui nous accroche tout de suite. Le style est heavy symphonique assez proche finalement d'un Nightwish. A noter également que la production ainsi que l'utilisation de certains effets de voix se rapproche de ce que proposent les jeunes prodiges de Trivium. Magnus Winterwild possède un timbre de voix qui m'a rappelé Russel Allen, pas la moins bonne référence dans le genre, et utilise son organe vocal de fort belle manière. Derrière, ça joue bien, c'est en place : simple et efficace. Le basse/batterie se contente certes du minimum syndical mais la qualité est bien présente. Axenstar prend ensuite son rythme de croisière avec des titres percutants, les amateurs de double grosse caisse vont être ravis. Sur « Salvation », la comparaison avec le frontman de Symphony X est encore plus frappante lorsque la voix de Magnus se fait plus agressive. Une belle performance surtout que le bougre se charge également des claviers. Le groupe laisse parler sa créativité sur « Daydreamer », un titre aux multiples ambiances possédant un refrain taillé pour la scène. Comme souvent, j'émettrai une petite réserve sur la mini ballade « Drifting » qui aurait pu, à mon avis s'imbriquer dans la chanson d'après au lieu d'être isolée… Après tout, le bouton « next » des chaînes hi-fi doit bien servir de temps en temps ! Bref, en moins de 40 minutes et 8 titres, la messe est dite et on en redemande ! The Inquisition passe comme une lettre à la poste. L'album bénéficie, en sus, d'une très bonne production ainsi que de très bon soli de guitare. L'album parfait pour l'autoroute des vacances.

Le site:http://www.axenstar.com/

Malmir
SINN     The 666 X Murder Project
Non, cette formation n'a rien avoir avec notre trio français d'Electro du nom de SIN… Ici, l'autre trio français présente une musique à la croisée entre le Metalcore, le Thrash et le Heavy. Après un prologue pompeux et fort heureusement court (pas plus de 30 secondes), qui aurait pu être évité en partie à cause de ce mauvais accent anglais (ou du trop bon accent français, au choix…), les hostilités débutent avec «Kill Your Idols» à l'humeur tout d'abord calme, presque à la manière d'un Isis ou d'un Cult Of Luna… Aurions nous affaire à un nouveau clone de la vague Post-Hardcore ? Et bien non !! Puisque passée cette introduction pathétique, nous avons enfin le droit de rentrer dans le vif du sujet. De ton principalement Hardcore, les riffs gras et lourds de la gratte se combinent à la frappe métronomique et parfois groovy d'un batteur au jeu intéressant. Ce qui surprend d'emblée, c'est la puissance et l'énergie qui se dégagent du magma sonore produit. Seul le chant semble parfois atteindre ses limites et tend même parfois à nous énerver dans le mauvais sens du terme. Cependant, les cinq titres s'écoutent sans mal et nous prenons un malin plaisir à réécouter l'ensemble de ce EP. A découvrir et à suivre de près…

Le site: http://www.sinnproject.com

Ph.

QUO VADIS  Defiant Imagination   Underclass
Réjouissons nous, c'est une œuvre vraiment plus qu'intéressante qui nous est livrée la. Mélange de Death Metal, et de Prog , les compos sont surprenantes, voire impressionnantes. Les changements de tempo sont sévères, rien que "Silence calls the storm » qui ouvre furieusement l'album nous délivre un break sympa, avec guitare en son clair en rythmique et petit solo tout en feeling, jamais je ne me serai attendu à un break comme ça là... Ensuite ça repart de plus belle !!! Le reste de l'album est du même calibre que la first song, puissance, mélodie, un chant qui s'impose, c'est du bon ça. Il y a vraiment une recherche d'originalité, je me suis pas lassé une seconde de cet album, Break the circle est un monument à lui tout seul, ses changements de tempos déroutants, ses petites mélodies tueuses. J'ai adoré la puissance des chœurs sur « Tunnel effect », le travail de batterie sur « The Bitter End ». Petit Passage instru « In Articulo Mortis » (Hommage à Chuck Schuldiner) avant d'entamer « Fates descent «  de folie. « Dead Mans Diary est d'un tempo beaucoup plus lourd et l'ambiance y est pesante, à noter tout au long de l'album le génial travail de la basse (Steve DiGiorgio) et qui ressort particulièrement sur ce morceau. La production est très bonne, on ressent tous les instruments, un album monstrueux, varié, intéressant, une réussite ! A noter sur le site Web, des tabs !!! Ouai des tabs !!!!!!!!!

le site: http://www.quovadis.qc.ca/


Crazzy

HANTAOMA Malombra     Holy Records
Très rythmé, une ambiance viking mais des chansons en espagnol, voilà en quelques mots l'album d'Hantaoma. Le résumé est un peu simpliste et pourtant le Walhalla, le Ragnarok et autres Dieux païens ne sont pas loin de ce CD… Bien construit, sans être répétitif, le groupe alterne les chansons à tendance heavy/black, d'autres un peu plus viking dans la bonne tradition des groupes nordiques tels Children of Bodom ou du Vintersorg. L'apport d'instruments médiévaux ajoute une touche qui, sans être originale, donne un ton un peu plus léger à l'album. Un groupe sur les traces d'In Extremo à suivre en tout cas.

Morgana

AKPHAEZIA    Anthology II       N-Vox prod
Difficile de classer ce groupe tant leur musique reste conceptuelle. On oscille entre Atmo, Goth et Prog. Le chant est principalement féminin avec une chanteuse qui fait tout de suite penser à la voix de Kate Bush, mais on a aussi une forte présence masculine dans les chœurs et les arrangements. Cet album est donc un concept jouant sur les ambiances, peut être parfois au détriment de la mélodie. Mais celle-ci reste en embuscade pour toujours réapparaître un peu plus tard. Bref, quoi qu'il en soit, à mon avis avec ce genre de disque, soit on aime, soit on déteste. Moi j'adore… Ecoutez le pour vous faire votre idée, c'est encore le mieux. Niveau Production on a droit à quelque chose de correct. Rien à voir avec une grosse prod, mais bon, on a pas tous les moyens de s'en payer une. Disons que pour l'investissement on a droit à de l'écoutable qui malheureusement ne souffrira pas d'être comparé à des trucs plus fini mais qui devrait suffire pour prendre du plaisir à l'écoute.

Le site : http://www.akphaezya.com/

V.

HAPPY FACE  Le Tigre       Anticulture
Quand on voit le nom du groupe « HAPPY FACE » et le nom de l'album « Le tigre » on peut se poser des questions sur le style proposé. Il est rapide d'assimiler ce groupe français à des groupes tel Mass Hysteria ou Lofofora. Mais une fois le cd mis sur la platine, les premières notes de « Prophétie des fouines » grondent et là ; plus de doute possible : c'est du death grind qui est proposé ici. Avec ces influences grindcore death metal, hardcore et avec des sonorités étranges, le son de HAPPY FACE est varié. Tout en restant heavy, il peut être associé musicalement avec des groupes comme Napalm death, Nostromo, Messhuga ou Eternal Suffering. Voici donc album novateur qui fait reculer les limites de ce qui avait été fait jusqu'à présent en France ! La scène française vient d'accoucher d'un de ces bébés les plus puissants et qui propose enfin un produit frais et accrocheur.

Site internet : http://happy-face.co.uk

Sniper