THE DARKNESS one way ticket to hell and back       Atlantic
Ben si je m'attendai, v'la qu'en bas des escalators, entre les badauds faisant leurs emplettes saisonnières, j'entrevois presque par hasard le nouvel album de ce groupe que j'aime tant, The Darkness ! Aveuglé par un enthousiasme débordant, hop ! je fais fi des menaces du banquier, de l'amabilité pas vraiment  excessive de la fille en gilet bleu qui encaisse et me voilà me ruant chez moi (rer, bus, pied, ascenseur) afin de déposer par ce froid vigoureux la précieuse galette dans ma platine cd . Mettez en top priorité sur votre "christmas list" le nouvel album de The darkness parceque tout simplement il "tuedelamort" ! Le côté rigolo, groupe anecdotique passe a la trappe dès les premiers accords. Voici un album qui devrait donc faire taire les railleurs, ceux qui ne voyaient en ce groupe anglais qu'un feu de paille , un groupe de pacotille , une parodie de groupe rock 70's. Avec le soutien d'une excellente production, les fréres Hawkins ont composé des petites merveilles d'harmonies, on retrouve bien sûr ce chant haut perché si déjanté, voix de fausset en tête, des choeurs qui tuent, des rythmiques imparables, une orchestration surprenante qui ménent la barque The darkness encore plus loin et qui permet au groupe de dépasser le simple stade de phénomène ponctuel marketté. Les influences de Foreigner, Queen, Ac/dc se font sentir de part et d'autre mais surtout s'affirme ici et encore plus que sur le précédent opus, une identité originale, une force créatrice. Comme quoi on peut passer pour des guignols en maitrisant son art ! Grandiloquante, démesurée, généreuse voici la musique incontournable que contient le nouveau The Darkness !

Le site: http://www.thedarknessrock.com

ess

SAVAGE CIRCUS Dreamland Manor Underclass
Sans avoir lu la petite bio accompagnant cette galette, je me suis dit, dès la première minute d’écoute : « Tient, on dirait du Blind Guardian ! ». Puis à la deuxième minute, je me suis dit « ça ressemble à s’y méprendre à du Blind Guardian ». Au premier refrain, plus de doute « c’est le nouveau Blind Guardian non ? ». Non ? Vous êtes sûr ? Bon, intrigué je lis la petite fiche fébrilement… Thomen Stauch à la batterie, voilà donc un nom familier pour qui est fan du gardien aveugle. En effet, depuis son départ du groupe, « The Omen » n’a pas chaumé car cet album, mis en chantier en 2004, a vu sa réalisation fortement accélérée dès lors… Et Thomen a réussit l’exploit que Kai Hansen avait accompli en 1990 lors de la sortie de Heading For Tomorrow à savoir de sortir un album qui sonne plus Blind Guardian que Blind Guardian. Dreamland Manor est réellement bluffant car il représente finalement le disque que tout le monde attendait après Nightfall in middle earth. Là où l’original s’est perdu dans des expérimentations extrêmes et finalement très difficiles d’accès, Savage Circus pond ici les morceaux dont j’avais personnellement rêvé. Le batteur allemand n’a rien perdu de son jeu si particulier et bénéficie d’un son de batterie monstrueux ; la production générale étant titanesque. Le bougre s’est plutôt bien entouré avec Piet Sielck aux guitares et surtout Jens Carlsson, le dernier clone encore vivant de Hansi Kursh. Alors certes, le timbre de voix est le même mais la performance est magistrale. Les parties de guitare sont excellentes et reprennent la formule qui a fait le style de Blind Guardian.
Cet album surclasse à mon avis les dernières réalisations de Blind Guardian et surpassera les autres à venir. Tous les titres sont de vraies merveilles et à aucun moment Savage Circus ne se repose sur ses acquis. Là où d’autres verront une copie carbone de l’original, je vois moi un homme qui a tenu a perpétrer un style unique que ses anciens compères ont délibérément saboter en le noyant dans 250 pistes d’arrangements. J’espère sincèrement que l’avenir me donnera raison et que Savage Circus saura conquérir le cœur des fans de tous poils… en tous cas pour moi c’est fait. Et bien que je sois possesseur d’une version promo, je m’engage à acheter l’original pour faire savoir que j’en suis – parole de Malmir !

Le site: http://www.savage-circus.de/

Malmir


SHAKRA fall    Afm
AFM nous fait parvenir le dernier Shakra d’une bien curieuse façon. En effet le cd promo consiste en deux titres complets et un medley du reste de l’album… A partir de là difficile de dire ce que vaut l’album dans son entier. Je vais donc m’attacher à décrire l’ambiance de ses deux premiers titres.« Take Me Now » annonce tout de suite la couleur. Le son est massif pour ce genre de musique flirtant plutôt avec l’AOR ou le Hard FM qu’autre chose. On a souvent comparé SHAKRA avec GOTTHARD, là j’aurai plutôt envie de les rapprocher d’un SKID ROW rapport aux guitares bien rock tout en harmoniques agressives. Côté voix, on retrouve toujours ce timbre aigu sans tomber dans la parodie du genre. Mark Vox n’a rien à envier aux canons du genre.« Chains Of Temptation » joue dans un registre moins agressif, mais tout aussi lourd. Le son moderne se confirme sur ce second titre. Les basses sont bien pleines, la production est un régal. Plus de doute possible, le groupe joue bien avec son temps et ne tombe pas dans le piège du revival larmoyant des années 80’s. Le reste de l’album entraperçu au travers du medley indiquera un album assez rock actuel avec des mélodies un peu faciles, mais tout de même agréables. Au départ j’avais prévu de dire du mal de SHAKRA en raison de leur façon de promotionner leur musique (cela dit une partie de moi comprend les raisons de leur démarche), mais j’ai pas pu. J’y peux rien, quand c’est bon, c’est bon.

Le site : http://www.shakra.ch

V.

UMBRA NIHIL Gnoia  Firebox
Premier véritable album des finlandais de Umbra Nihil, Gnoia, dès le début, donne le ton, des riffs très lourds, pesants et lents, avec rupture de rythmes et arpège en son clair agrémenté de passage à la flûte. Lead de guitare lent et mélancolique avec beaucoup de réverbe. Tout cela en restant très mélodique et inquiétant. On a l’impression que quelque chose va arriver mais quoi… ? On reste donc à écouter tout l’album et on en redemande. C’est à la fois un album facile à écouter et en même temps de nouvelles découvertes à chaques passages de chansons. Avec 7 titres d’une durée totale de pas moins de 60 minutes, Gnoia sait nous séduire par la diversité de la structure des morceaux donnant la part belle tantôt à la guitare avec riff bien gras tantôt à des morceaux presque entièrement accousitiques ou encore jouant sur l’écho et le mixage, bref un album à se procurer de toute urgence pour se faire une idée par soi-même.

Le site : http://www.umbranihil.net

Morgana

EXCALION   Primal Exhale   Sound Riot Records
C’est sous la houlette du claviériste Jarmo Myllyvirta que le groupe Finlandais Excalion a vu le jour, en décembre 2000 très précisément. Après seulement deux démos, le groupe a décroché un deal chez Sound Riot et sort ce premier album très prometteur au demeurant. A noter que j’ai entre les mains une version promo de Primal Exhale avec un tracking différent de la version destinée à la vente. Je constate également que le line-up actuel est différent du line-up de l’album ; le bassiste et l’un des guitaristes ayant quitté le navire en route.
« Temptation Wasteland » ouvre le bal de fort belle manière sans toutefois cadrer tout de suite le style. En effet, l’album est très orienté « claviers » comme pourrait l’être un album de Nightwish ou dans une moindre mesure de Symphony X. Ce premier titre se veut plutôt dans la veine d’un Sonata Artica ; assez heavy et direct et tranche finalement avec le reste du disque. La production est à l’évidence très propre, typée finlandaise of course mettant en avant Jarmo Pääkkönen. Ce n’est pas une surprise si je vous dit que le chanteur possède un timbre relativement proche de Tony Kakko mimant parfois l’aspect émotionnel que Kakko aime à faire ressortir.
La suite fait donc la part belle au clavier, avec notamment les excellents « Reality Bends » et « Stage of lies », titres calibrés à l’évidence pour la scène. Les amateurs de refrains accrocheurs vont être servis ! Les sons de synthé utilisés sont encore une fois très proches de ceux de Sonata Artica. La ballade « Heart & home » permet une petite respiration au cœur de l’album mais l’exercice ne m’a, une fois n’est pas coutume, pas vraiment convaincu. Il faut dire que les bonnes ballades se font rares mais l’écriture de ce style de chanson est particulièrement délicate.« Obsession to prosper » est sans conteste le titre sur lequel Excalion dévoile tout son talent d’écriture. L’influence de Symphony X est indéniable, ainsi que celle d’Eldritch (le refrain, le duel de solo guitare/clavier) mais quelle réussite ! L’intro au clavier alterne mesures 4/4 et 7/8 et la base harmonique est développée par les guitares (mais si, vous savez, c’est quand la mélodie principale reste inchangée et que les accords de guitare changent… donnant une couleur harmonique différente). Le morceau possède donc une approche assez progressive sans forcement s’appuyer sur une technique outrancière. Ce premier album d’Excalion est une acquisition qui devrait donc ravir les fans de heavy symphonique, bien ficelé et relativement bien exécuté.

Le site: http://www.excalion.com/

Malmir

STEVE WALSH shadowman frontiers records
Quel grand chanteur ! Et quelle carrière; Steve Walsh est le chanteur d’un des plus grand groupe de hard prog: Kansas ; il a fait parti de ce groupe en 2 période : de 74 à 80, puis de 86 à nos jours ; il a fait de nombreuses apparitions avec d’autres groupes, notamment en temps que clavier avec Seventh Key et Khymera en temps que chanteur ; son premier album solo date de 1980 (schemer-dreamer) ; il faudra attendre 2000 pour voir la sortie de son 2em album solo, le fabuleux « glossolalia » aux multiples arrangements prog metal; pour « shadowman », je m’attendais à la même chose que son précèdent opus, mais non, c’est un album moins heavy, plus pop rock prog avec même des expérimentations arabisantes ! Un album aux multiples facettes, jamais ennuyeux, toujours plein de bonnes surprises ; c’est ça Steve Walsh : un grand monsieur du rock.

Le site : http://www.steve-walsh.de

FreBbbb