PRIMAL FEAR   seven seals      Nuclear blast / Nocturne
Septième album pour le gang teuton et encore une fois, le groupe de Matt Sinner et du sosie de Rob Halford s'est surpassé pour nous proposer une bombe de heavy métal typiquement germanique. Après l'hymne « Metal is forever » présent sur le précèdent opus « Devil's ground », le groupe nous propose en ouverture un démentiel « Demons and angels » où le groupe a rajouté quelques petites touches symphoniques qui sonnent remarquablement bien. D'ailleurs, on retrouve ces mêmes influences sur le sublime « Diabolus » magnifiquement orchestré. Pour une fois, le groupe n'a pas composé de morceaux de remplissage, comme on pouvait en trouver sur les précédents opus du groupe, je pense en particulier à certains morceaux de « Black sun » qui reste l'album le plus faible de l'ensemble de la discographie des allemands. Que ce soit le speed « Evil spell », les traditionnels « Rollercoster », « All for one », « The immortal ones », « Carniwar », la reprise de sinner «A question of honour » (ndlr : qui figure sur l'album « The nature of evil), ou encore le plus mélodique « Seven seals ou même le morceau un peu plus rock « In memory », tout s'écoute en tapotant du pied et en secouant sa chevelure d'avant en arrière. Après le remarquable dernier album de Paragon « Revenge » et un Gamma Ray qui s'annonce fort prometteur, voici donc la seconde bombe en matière de métal lourd germanique, qui est à consommer sans modération. Le groupe sera en ouverture d'Helloween très prochainement, donc vous savez ce qui vous reste à faire…

Le site : http://www.primalfear.de

Sniper

CASUS BELLI     In the name of rose    Lmp
Casus Belli n'est pas la réédition du magazine éponyme cher aux rôlistes de tout poils des années 90 mais bel et bien la nouvelle sensation heavy Grecque du moment. La bio envoyé avec le CD promo spécifie que Panos Dedes, chanteur de son état, s'est incliné en final face à Tim Owens au poste de hurleur chez qui vous savez… Bon, ça c'était en 1997. Notre ami Grec ne s'est pas laissé démonté et a décidé, suite à ce relatif échec, de monter son propre projet : Casus Belli. Bien lui en a prit, il a ainsi échappé à un limogeage en règle marquant le retour de Rob Halford et gagné quelques précieuses années… la renommée en moins mais bon, on ne peut pas tout avoir ! Bref, après un premier album [ Mirror out of time ] en 2001 voila que sort In the name of rose .
Le premier titre « I'm your master » balance la sauce d'entrée et ça joue bien, très bien même. Un petit passage de basse slappé m'interpelle, je me penche de nouveau sur la bio… Fotis Anagnostou, le bassiste hollandais est maître luthier et fabrique lui-même ses basses. On sent que le bonhomme maîtrise son affaire ; le son de basse est terrible et promet quelques bonnes chansons pleine de groove. Je me suis même permis une écoute exclusivement centrée sur la basse ; un vrai régal ! Niveau voix, je m'attend légitimement à quelque chose proche de Rob Halford… perdu. Le parallèle avec notre ami anglais est même difficile à faire tant les points communs sont inexistants ! Panos Dedes possède une voix puissante et agressive mais dans une tessiture plus basse avec quelques intonations à la Jeff Scott Soto. Cela permet, à mon avis, de donner une réelle identité à Casus Belli. Question guitare, on est bien servis également, les nombreux soli sont clairs et flirtent parfois avec une virtuosité Malmsteenienne. D'ailleurs, certaines harmonies chères au suédois sont re-pompées ça et là [le thème de « In the name of rose », « Naked King »]. On sent derrière tout ça une sérieuse influence de Marty Friedman et de John Petrucci mais aussi de Jan Cyrka [sur l'intrumental « Whispering »]. C'est étonnant d'entendre que l'album est écrit pour 2 guitares alors qu'il n'y a qu'un seul guitariste. Une approche du studio que j'adhère à 100% permettant ainsi un vrai travail sur la restitution des morceaux en live. Rendons enfin justice à Frank Huber, le batteur qui propose une superbe performance avec des breaks riches et variés servie par un son excellent. Du bon, du très bon avec notamment « In the name of rose » et « Naked King » qui sont, à mon avis, les meilleurs titres du disque. Ne passez pas à côté de cet excellent album et de ces 4 talentueux musiciens aux influences multiples. J'espère ne pas mon tromper en disant que Casus Belli sera une valeur sûre dans les temps à venir ; c'est tout le mal qu'on leur souhaite.

Le site:
http://www.casusbelli-band.com

Malmir

REVENGE     Explicit        Brennus
Ess nous en a passé un extrait lors de la dernière Ultra-émission et ça m'avait bien plu, donc dans son immense bonté et son infinie sagesse il m'a remis cette petite galette qui me ravie écoute après écoute… Les compos sont super soignées, beaucoup d'arrangement et plein de subtilités au niveau des guitares, écoutez le au casque !!! L'album commence (Après l'intro..) sur un « Wild wild wild “ très très Accept niveau chant et ses solis que n'auraient pas reniés Wolf lui-même !! Les guitares sont omniprésentes mais sans en faire trop, on trouve de belles harmonies sur le solo de « Don't trust your nightmare » (chanson taillée pour le live assurément) ainsi que sur l'intro de ‘Dont wanna fall in love again ‘. Une plus grosse prod. aurait été la bienvenue, surtout niveau chœurs, sinon il n'y a rien à dire, je suis resté captivé par tous les changements de rythme surprenants (Sticked to your back !! ) présents sur ce disque. Des solos de bon goût toujours en adéquation avec les chansons, tout comme le chant d'ailleurs, souvent riche en émotion (Don't wanna fall in love again) il accroche bien. Faut écouter, c'est un bon album, notons une reprise de Alice cooper (He's back ( the man behind the mask) .

Le site : http://www.revenge.com.fr/

Crazy !
[LETO], Entre l'Ombre Et La Lumière Musicast
[LETO] est un jeune groupe français originaire de la région parisienne évoluant dans les méandres du Néo Metal tirant sur le rock français. En ce début d'année scolaire, le groupe nous propos un premier méfait distribué chez Musicast. Avant même la première écoute, on pourra saluer la présentation générale de l'objet. En effet, un digipack pour un premier album, ça mérite d'être souligné tant c'est rare. Une fois le disque dans la platine, nous pouvons apprécier la qualité de la production. Le son est clair, bien rond, gros sans être trop agressif. La voix est mixée assez en avant et les morceaux alternent ambiances énervées et ambiances calmes. On pourrait comparer [LETO] à Kyo en légèrement plus violent et surtout en nettement plus mature musicalement parlant. Le seul reproche que j'ai envie de faire à ce disque, c'est l'obligation d'écouter l'ensemble un certain nombre de fois avant de commencer à retenir quelque chose. En effet, de prime abord, rien ne ressort vraiment et le disque paraît assez linéaire. Mais il ne faut pas s'y fier et lui donner une seconde, voire une troisième chance et lui laisser le temps de nous livrer tous ses secrets. Personnellement plus je l'écoute et plus je l'apprécie ce disque !

Le site : http://www.leto-land.com

V.

LEVI'S GREAT INDIAN ROCK VOL. 9    el nino     RSJ records
Eh man: tu connais Ravi Shankar? Tu sais le gourou hindou des Beatles, Santana, john Mc Laughlin et bien d'autres ? Et bien ce n'est pas de lui qu'on parle dans ce CD ! Ce n'est même pas un disque sur la cithare à 20 cordes ; non, c'est du rock, et même du metal hindou ! Si si, ça vient d'Inde, et c'est de cette année ! Après le bollywood cinéma, voici le metal de dur d'hindou ! Depuis 10 ans maintenant, le label RSJ signe des groupes de rock venus des 4 coins de l'Inde ; je ne connais pas les groupes enregistrés dans les 8 précédentes compilations, mais ceux présents sur cette dernière sont vraiment intéressants ; 4 groupes se démarquent sur cette compil. : Medusa, originaire de Mumbai, qui nous délivre un metal indus lourd teinté de nu metal et des guitares ultra puissantes ; Garage Monsters Inc, originaire de Chemai, avec son metal tendance Van Halen et Extreme et son guitariste virtuose Joshua Raj ; Pin Drop Violence, originaire de Mumbai, pratique un rap metal teinté de thrash hyper, de vrai pas beau ! Tribe, de Bangalore, du cyber metal avec une superbe chanteuse UJ ; et enfin Acrid Semblance, de Delhi, mélange punk death très puissant ; bref, ceux qui croyaient que l'Inde n'était qu'un pays exotique noyé dans ces traditions musicales séculaires se trompent lourdement ; ils sont branchés internet, ont des amplis Marshall et carbure à la bière comme nous ! Attendez qu'ils débarquent :  ça va faire mal !

Le site : http://www.rsjonline.com

FreBbbb

HYPOCRISY   Virus  Nuclear blast
Vous espériez un retour au death métal pure souche ? Non, ne rêvez pas Tatgren évolue sans cesse et a l'avantage comme les grands compositeurs de proposer à chaque fois un produit différent. Cela dit, « Virus » est plus brutal dans le contenu que « The arrival », on peut même retrouver à plusieurs endroits des parties de blast signées par l'ancien cogneur d'Immortal, comme par exemple sur le morceau « Warpath ». Des titres comme « Craving for another killing » pourront nous rappeler assez facilement le dernier Bloodbath « Nightmare made flesh », dont Monsieur Peter Tatgren avait assuré les vocaux. Bien sûr des morceaux comme « Fearless » nous feront penser au Hypocrisy de la période 1995-2000. On est loin en tout cas de la période « Catch 22 », mais bon, « Virus » est loin d'être un disque qui viendra se positionner dans les hautes sphères du Métal Extrême, malgré les qualités reconnues de song writer du maître des studios Abyss.

Le site  : http://www.hypocrisy.tv

Sniper