CYRIL LEPIZZERA   Servatis A Maleficum 
Brennus

Le signataire de ces lignes avouera d’emblée qu’il n’apprécie pas particulièrement les albums instrumentaux, souvent prétextes à des démonstrations guitaristiques sans âme. Pourtant, le disque qui fait l’objet de la présente chronique présente, après écoutes, un intérêt certain. Mais commençons par les présentations. Cyril Lepizzera peut se targuer de faire partie du cercle très fermé de ce que l’on a coutume de dénommer les « guitar heroes ». Son parcours et son expérience dans le domaine de la musique, débutés dès l’âge de 9 ans avec un séjour au conservatoire classique (section guitare), puis un passage de deux ans (1990-1992) dans la célèbre école de musique de Salon de Provence « IMFP », ont fait de lui un guitariste extrêmement doué. Visiblement très influencé par Tony Mac Alpine, dont le travail l’amène à explorer les contrées du metal néo-classique alambiqué et technique, Lepizzera a déjà signé deux disques, le premier sorti en 2002 sous le nom de « Heavy Guitars », duo formé avec Richard Roncaloro, le deuxième, en solo, intitulé « Eternity » (2005). «Servatis A Maleficum » a atteri dans les bacs en septembre 2006, via le label Brennus, toujours prêt à aider les talents hexagonaux. Comme dit plus haut, le résultat faisait craindre le pire. Mais on se surprend à apprécier non seulement le talent du guitariste, mais aussi sa capacité à « accoucher » de morceaux certes complexes, quelquefois difficile d’accès, mais souvent très entraînants et même parfois plutôt heavy. Le son est en revanche assez moyen, ce qui n’est que trop souvent le cas dans les productions nationales. C’est dommage, car avec une production meilleure, «Servatis A Maleficum » aurait encore gagné en qualité. Au final, et contre toute attente, un disque plutôt agréable.

Le site : http://www.cyrillepizzera.com

Stef

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics