ELVENKING The Winter Wake
AFM Records

Petit OVNI de la scène métal italienne, Elvenking nous revient avec ce troisième essai faisant suite à Wyrd (2004) et au remarqué premier album Heathenreel (2001). Toujours bercé dans un univers féerique (on ne se nomme pas le roi des elfes par hasard) à la magnifique pochette évocatrice, The Winter Wake bénéficie d'une excellente production, sublimée par le mastering avisé des légendaires studios Finnvox. Bien loin de leur compatriotes Rhapsody (Of Fire), Elvenking évolue dans un registre que je situerai entre Children Of Bodom (notamment au niveau des chœurs et du chant parfois belliqueux de Domnagoras), Skyclad (vous me voyez venir, ça c'est pour le côté folk-metal avec violon) et Green Day (et oui, cet album a indéniablement une approche happy punk de qualité).
Elvenking a tous les atouts pour convaincre même les plus hermétiques au style. Néanmoins, on pourrait aisément reprocher au groupe de tomber dans une certaine linéarité sur les passages heavy. En effet, les morceaux sont quasiment tous construit de la même manière et on a parfois une impression de déjà entendu. Les mélodies de chant sont souvent très proches d'une chanson à l'autre et les refrains manquent de diversité (les chœurs guerriers systématiques finissent par lasser un peu). Elvenking gagnerai à miser davantage sur le côté folk déjà parfaitement maîtrisé et intégré, mais cela ne reste évidemment que mon humble avis et demeure certainement difficile à jauger. Certes, vous allez dire que je suis en peu dur sur mon jugement mais c'est vraiment mon impression générale. Attention tout de même la qualité de l'ensemble reste quand même un niveau au-dessus de nombreuses autres productions du genre.
A l'instar d'Opeth, c'est dans les passages acoustiques que le groupe devient réellement passionnant et envoûtant. Que ce soit le final de « Trow's Kind », « Disllusion's Reel » ou le magnifique « On The Morning Dew », Elvenking prend ici tout son sens. Ce titre est simplement magique, magnifique, mêlant subtilement guitare folk, flûte et cordes ; le tout sublimé par le chant clair de Damnagoras et d'une chanteuse à la douce voix irlandaise. Et encore une fois pour me citer une nouvelle fois, ce titre vaut à lui seul l'achat de l'album. « Disllusion's Reel » n'est pas en reste, quel dommage que le titre soit si court… Alors à quand un album de la trempe du Damnation ?  

Le site : www.elvenking.net

Malmir

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics