DRAGONFORCE    Inhuman Rampage     Noise Records
Troisième album pour les anglais de Dragonforce. 8 morceaux qui ne nous laissent aucun répit. Le groupe d'Herman Li, le guitariste virtuose de Dragonforce, intègre de nombreux sons qui donnent une certaine originalité à cet opus. Malgré des références évidentes à de nombreux groupes de power metal (Helloween, Rhapsody et autres Freedom Call…), Inhuman Rampage nous emporte dans un tourbillon de musique dont on ne se lasse pas. Je dois avouer que la première m'avait laissée dubitative quant à la qualité créative de cet album mais avec une écoute attentive j'ai rapidement changé d'avis sur cet album qui ne peut laisser indifférent. Chaque morceau est autant de petits films bien construit et qui nous fait rêver. Je conseille donc cet album à tous les fans de ce style qui ne le regretteront pas. Ils viennent nous voir en France le 15 février à Paris, n'hésitez pas !!

Le site : http://www.dragonforce.com/

Morgana
SLIT Cronaca Nera           Retribute Records/Him Media  
Ah ! Quel plaisir ! Il reste toujours des combos dignes de ce nom pour perpétrer un Hardcore teinté de Thrash et d'un peu de Death. Et Slit est un combo qui nous vient de Malte. La preuve est donc faite qu'il n'est pas nécessaire d'être anglo-saxon pour réussir à créer une musique violente et jouissive comme celle-ci. On pense souvent à Machine Head (à cause du chant) et à Slayer ou encore à Hatebreed. Du lourd quoi ! Les parties Hardcore sont particulièrement bien réussies et on note que le groupe semble prendre plaisir à reproduire quelques riffs Hardcore déjà entendus chez les plus grands. Les guitares mènent le plus souvent la danse et nous tiennent en haleine tout au long des compositions. Seul bémol : la production est loin d'être à la hauteur des compositions. Et c'est bien dommage ! Cela ne m'empêche pas d'attendre la suite avec impatience.  

Le site: http://www.slitnoise.com  

Ph.
NIKKI PUPPET   Puppet On A String      Armaggedon Music  
Qui a dit qu'en Allemagne on ne savait faire que du Heavy Metal froid, tout carré et sans âme ?… Je veux des noms ! … J'attends … damned ! c'est peut être bien moi ! Et bien après écoute de "Puppet on a string" je dois bien reconnaître qu'il existe des exceptions et ce pour mon plus grand bonheur et j'espère bien pour le vôtre. NIKKI PUPPET se définit elle-même comme jouant du Heavy Rock. Si ce tiroir un peu fourre-tout ces derniers temps semble convenir, celui juste à côté (Hard Rock) le ferait tout aussi bien. NIKKI PUPPET possède donc cet esprit Rock ‘N Roll indémodable, mais le son de l'album ne se perd pas dans les clichés 80's pour autant. Ici le son prend bien pied dans le présent, même s'il sonne un peu plus brut de décoffrage que la plupart des grosses productions actuelles. Vous vous en doutez, pas de chant lyrique à l'horizon sur cet album, on est plus proche d'un SKEW SISKIN que d'un AFTER FOREVER. Dix morceaux nous emportent dans le rock gras, ça fleure bon la Lespaul Custom et l'ampli tout lampe Marshall, coupe inséparable qui a déjà tant fait pour le Rock. Encore un groupe qui a tout pour réussir et surtout pour offrir des concerts délirants aux vus de l'imagerie du groupe. Nan à part un nom un peu ridicule je ne vois pas d'autres fautes de goûts. NASHVILLE PUSSY aurait-il enfin trouvé une concurrence ?  

Le site : http://www.underclass-music.com

V.
 

ELVARON the buried crown      manitou music
Ah que c'est bon de se retrouver chez soi !! En Lorraine, à Nancy exactement !! Les belles filles de Lorraine, la belle place Stanislas et ces groupes de rock qui montent, qui montent ; 2eme chronique dans Ultrarock pour mes Nancéens préférés de prog metal symphonique Elvaron . L'album précédant « the five shires » (la version remasterisée de 2003) m'avait déjà bien bluffé avec son son énorme et cette energie débordante des musiciens. l'année 2004 verra pas mal de changement de line up, avec notamment l'arrivée de la belle claviériste Lindsay qui apporte assurément au groupe une coloration nouvelle et très symphonique.  La particularité de cet album est qu'il s'ecoute d'une traite et sans interruption ; tous les titres s'enchainent à merveille avec pour certains, une transition avec orchestre classique de toute beauté ; cette oeuvre est à la fois complexe et aérée, avec une forte influence du meilleur de Dream Theater !  La basse de Nicolas se démarque une fois de plus avec un son énorme et d'une grande précision ; finesse et technicité du batteur Fred et toujours la virtuosité de Mathieu à la guitare ; ce groupe a acquis une vraie stature internationale qu'il doit absolument concrétiser en participant à des festivals internationaux ; Nancy peut devenir une ville de référence dans le monde du prog metal grace à Elvaron ; encouragons-les : ils le méritent.

Le site : http://www.elvaron.net

FreBbbb

DREAMLAND Future's calling    Dockyard 1  
Ce premier album des suédois de Dreamland repéré par Joacim Cans de Hammerfall propose un heavy metal tout ce qu'il y a de plus standard. Et disons-le tout de suite, cette galette ne pas vraiment transcendé, que ce soit au niveau de l'écriture ou au niveau de l'interprétation. Il faut même vous avouer que je me suis vraiment forcé pour écouter Future's Calling plusieurs fois jusqu'au bout. Une incroyable linéarité se fait sentir tout au long des 50 minutes de cet opus. Le groupe enchaîne des titres maintes fois pré-mâchés et digérés à l'instar de « Breaking the chains » et ses chœurs à la « Heaven can wait » de Maiden ou encore « All for one » clichesque à souhait. L'intro de l'album « The chance » est très bizarre car elle ne joue absolument pas son rôle introductif mais que dire alors de l'outro « Repeating supremacy »  reprenant le thème et terminant en fade out… carrément énigmatique. Le titre « Die slowly » arrive tout de même à tirer son épingle du jeu grâce à des mélodies vocales bien pensées. La ballade « fade away » est sûrement le titre le plus intéressant, notamment par la présence d'une voix féminine de tout beauté. L'album, en partie produit par Andy LaRocque, est tout de même très loin de la qualité du travail que le bras droit de King Diamond a pu fournir par exemple sur « In search of truth » de Evergrey. C'est propre, soit, mais ça ne casse pas des briques. Heureusement, vous pourrez toujours vous consoler avec la jolie blonde à forte poitrine fortement dénudée qui orne la pochette.

(site Internet apparemment HS)

Malmir