MYSTERY BLUE Claws of steel
Mausoleum

Une introduction sur l'air classique de « La flûte enchantée » de Mozart, puis un riff de guitare qui déchire les cages à miel, une voix féminine vociférant “eh guys, what's up?”, plusieurs voix masculines balançant « it's time for… METAL ! », et c'est parti : batterie à double grosse caisse, riffs couillus et militants, des lignes de chant féminines haut perchées, le ton est donné. « Claws of steel » est le 5 ème album de cette formation française, qui bénéficie d'une expérience discographique et surtout scénique non négligeable : MYSTERY BLUE a été fondé en 1982, et a écumé il y a quelques années les scènes européennes avec des formations répondant au doux nom de MOTORHEAD, DEF LEPPARD ou SAXON ! Formé par le guitariste Frenzy Philippon, et comprenant en son sein la chanteuse Nathalie Geyer, le batteur Vince Koehler et le bassiste Rikki Mannhard, MYSTERY BLUE officie dans un heavy metal très influencé par les 80's, rappelant parfois ACCEPT (« époque « Balls to the wall ») ou WARLOCK (période « True as steel ») mais avec un son résolument moderne : l'album est mixé et masterisé par Achim « Akeem » Köhler, qui n'est pas lui non plus un débutant (BRAINSTORM, SACRED STEEL, PRIMAL FEAR et SINNER). L'album aligne des compositions enlevées, fraîches, puissantes, gorgées de riffs incisifs et « in your face ». On retiendra particulièrement les excellents « Claws of steel », « Electric blue » (si c'est pas du ACCEPT, ça !), « The blade » (avec son riff central ravageur et son refrain aisément mémorisable), « Contagious » ou encore le surpenant « Fuego », chanté en espagnol. Certains refrains sont néanmoins un peu communs, et la voix haut perchée de Nathalie peut parfois irriter. Ces légers bémols n'empêchent pourtant pas de passer un très bon moment à l'écoute de ce disque bien produit et taillé à merveille pour la scène. Attention aux cervicales !

Le site : http://www.mysteryblue.com

Stef

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics