THE HAUNTED The Dead Eye
Century Media

Il y a une décennie, le gratteux Patrick Jensen formait The Haunted, sur la base d'At The Gates. Trois musiciens en étaient issus ; les frangins Björler (guitare et basse) et le batteur Adrian Erlandsson. Ce dernier a été remplacé par Per Möller Jensen et le chanteur originel Peter Dolving retrouve le groupe en 2004 (après le départ de Marco Aro) pour le quatrième album studio rEVOLVEr.
Si The Dead Eye est plus mélodique, voire expérimental que ces prédécesseurs, il n'en reste pas moins lourdement imprégné du trash des années 80, teinté de métal core (notamment le chant), le tout savamment modernisé. Du temps et beaucoup d'écoutes sont nécessaires pour bien intégrer les mélodies et surtout les nombreux changements de tempo. En plein milieu de morceaux aux gros méchants riffs, on trouvera maintes fois des breaks ultra calmes menés par un chant clair. Et si Peter Dolving sait « bercer », il crie encore mieux.
The Premonition démarre calmement ce nouvel album. Cette introduction à la guitare est suivie de The Flood, titre tout de suite plus agité même si le gros son heavy est littéralement coupé par un passage trèèèèès calme. Le bien nommé The Medication démarre tout seul. « I'm sick ! » hurle le chanteur. Le refrain (« No medication ») confirme l'appréciation de mes oreilles ; ce troisième titre est ravageur ! La basse se fait bien présente sur l'intro de la plage 4 mais The Drowning met surtout en avant l'alternance du chant (clair/énervé) ainsi que celle de la musique. Au commencement de The Reflection, on pourrait croire à une ballade. Mais il n'en est rien même si le morceau fini très posément. Après cette légère quiétude, The Prosecution nous tombe dessus. Son terrible refrain est vite dévoilé mais cela ne sonne pas prématuré pour autant. The Haunted nous fait du rentre dedans. Le septième titre va crescendo avec une intro douce jusqu'à ce que la grosse voix et les guitares se déchaînent une fois de plus. The Fallout s'éteint toutefois calmement sur un tandem guitare/batterie survolé d'une voix chuchotée. Le reste de l'album est de même ; toujours cette succession d'extraits trash métal et ceux plus ambiants. Une courte piste cachée propose un chant dépressif sur une partie de piano.
Une fois les changements de rythmiques et ambiances intégrés, The Dead Eye passe tout seul, d'un seul bloc. Et si vous aimez, sachez que le groupe est actuellement en tournée européenne !

Le site ; http://www.the-haunted.com/

c r i c h t i n e

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics