DERDIAN New Era Pt.2 War Of The Gods
Magna Carta

Vous appréciez le « BubbleWood Métal » de Rhapsody (of Fire), les compositions de Kamelot et vous avez un faible pour le speed mélodique de Stratovarius. Bon public, vous ne vous formalisez pas pour un petit manque d'originalité… Alors le second album de Derdian est pour vous ! Dans la droite ligne de New Era Pt.1 sorti en 2005, ce War Of The Gods vous permettra de retrouver tout ce qui vous plaît dans le speed-métal symphonique (incluant tous ses clichés). Le line-up : Joe Caggianelli (chant), Henry Pistolese (guitare et chœurs), Dario Radaelli (guitare), Marco Garau (claviers), Fulvio Manganini (basse), Salvatore Giordano (batterie) ; Pistolese et Garau étant les auteurs et compositeurs de l'ensemble.

Derdian est un groupe venu d'Italie, pays souvent visité par les… dragons (« We come from the land of the ice and snow »*) D'où une ressemblance plus que marquée avec la bande de Luca Turilli.

Clonage ou influence ? A vous de juger sur pièces. Je constate que Derdian œuvre dans le même style que Rhapsody, baroque et pseudo classique, orienté musique de film. Ne possédant à ce jour pas les mêmes moyens logistiques (c'est coûteux à déplacer, un orchestre symphonique), leur production demeure cependant plus simple et directe. Ils abusent moins de la double grosse caisse (pas de flot continu), tout en proposant un jeu de batterie puissant. Le (bon) chanteur, au timbre agréable (quoique manquant un peu de personnalité et souffrant parfois d'un accent al pesto genovese ) n'en rajoute pas trop dans les aigus mais sait judicieusement s'y envoler. La guitare est virevoltante et offre les soli… attendus (on n'est pas loin de pouvoir siffler les notes avant qu'elles ne sortent). Sans oublier des chœurs à la Carmina Burana de bazar et des arrangements pompeux (pompiers ?) aux claviers.

Bien sûr, on peut rigoler de ce métal-avec-épées-en-mousse qui aspire à s'évader de la réalité quotidienne (« The hammer of the gods will drive our ships to new lands »*). Vous reconnaîtrez qu'il en va strictement de même avec les fils-de-satan-maquillées-en-cadavres (par exemple). Évidemment, on a droit à une pseudo-épopée héroïco-fantastique pouêt-pouêt tenant lieu de livret à la métal-opérette, avec de jolies paroles au pied de la lettre de la grossièreté de la ficelle de l'essence même du premier degré… Qui plaira aux pré-ados n'ayant pas eu le courage de s'accrocher au-delà des 70 premières pages du Seigneur des Anneaux (dommage, ils ne savent pas ce qu'ils perdent). L'équilibre ancestral (et manichéen) des forces y est respecté : les affreux méchants grognent grave (comme de vilains trolls), tandis que les bons vocalisent aigu (comme de gentils elfes). « To fight the horde, singing and crying : Valhalla, I am coming ! »* Ah ! j'oubliais la pochette qui recycle les costumes de Xéna la guerrière et les glaives de Conard le Barbant. Bon, je crois que j'ai réussi à rester objectif…

Franchement, il n'y a rien d'énorme à reprocher à Derdian (la finesse des paroles, peut-être ?) pour ce New Era Pt.2 qui reste agréable. Il convient plus, en ces temps de villégiature, à une écoute à fond dans l'autoradio (histoire de vous imaginer chevauchant un dragon fumant plutôt qu'au volant de votre pétaradante petite 106) qu'à une audition de salon. Je lui trouve en effet, passé les deux tiers, un côté un poil répétitif et lassant. War Of The Gods aurait mérité, afin d'optimiser ses honnêtes compositions, une inspiration plus personnelle, une interprétation moins scolaire ainsi que des interventions de la lead guitare moins convenues et plus incisives. Bref, et c'est un comble dans ce style, il lui manque (malgré sa réussite mélodique) un côté majestueux et ce petit souffle épique qui incite l'auditeur à pardonner les aspects risibles en retenant plutôt l'efficacité et la mélodie. « How soft your fields so green can whisper tales of gore, Of how we calmed the tides of war. We are your overlords. »*

En conclusion, un disque de genre (comme on dit au cinéma) qui n'apporte pas grand chose à un style largement balisé mais qui plaira aux amateurs. Bonne prod, bons musiciens, lignes mélodiques agréables, sans originalité ni hit en puissance.

P.S. Les citations* sont de Led Zeppelin, extraites d' Immigrant Song , titre datant de 1970 (traitant des raids vikings), comme quoi les ritals n'ont pas inventé le genre épique médiéval…

Le site : www.derdian.com

Bouteil Bout

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics