EDENSHADE The Lesson Betrayed
My Kingdom Music

Après deux démos et l’album « Ceramic Placebo for a Faint Heart » sorti en 2003, EDENShADE pose leur son claquant dès les premières secondes de leur second opus. Influencés par Dark Tranquillity, Pain Of Salvation ou encore Dream Theater, les italiens ont une prédisposition au métal death/progressif mélodique. The Lesson Betrayed est un condensé technique mené par chaque musicien avec une mention spéciale au batteur Roberto Cardinali. Les rythmiques sont saccadées, les soli sont carrés et l’ensemble nous emmènent loin, très loin car les musiciens n’ont pas priorisé leurs talents techniques sur les mélodies. Les arrangements et la production ont été très soignés pour un résultat impeccable.
Cependant, certaines oreilles non sensibilisées au prog passeront à côté car les rythmiques s’enchaînent et ne se ressemblent pas malgré des refrains plus conventionnels et accessibles. Massimiliano Wosz (dernier membre en date, frère du guitariste Stefano Wosz) lie le tout derrière ses claviers et exécute des envolées lyriques surprenantes. Quant au chanteur, il adopte principalement le chant clair mais tire également parti de sa voix death. Lorenzo Morresi recoure aussi à des chants plus variés et composites le long de l’œuvre (chuchotements discontinus sur l’introduction de « Contemplate », parlés sur « That Blind »…). Des courts extrais de chant en italiens insérés parmi les paroles anglophones sur trois titres (le premier, second et pénultième) donnent une touche d’originalité supplémentaire et ajoute à l’émotion du concept album. Ce dernier est assez complexe. Les morceaux retranscrivent la vision d’un homme tiraillé mentalement, quelque peu parano via une narration journalière, désordonnée par l’enchaînement des morceaux. Globalement, la trame développe des problèmes sociaux et moraux ; la peur, la responsabilité, la culpabilité, le regret sur fond de rupture sentimentale. Les interactions humaines, leurs buts, leurs conséquences…
Les titres sont donc techniques et mélodiques, convulsifs et équilibrés, agressifs et posés, accidentés et limpides à l’exception du bref « Trust in me » plus électro et du final « Day Zér0 » plus calme mais qui garde cette atmosphère d’angoisse.
The Lesson Betrayed est une très bonne surprise de la part de nos voisins italiens : à écouter d’urgence !

Le Site : http://www.edenshade.com/news.php

c r i c h t i n e

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics