MARDUK Rom 5 :12
regain records

Marduk, à l'écoute de ce nom, vos tympans vivent un flashback brutal et violent. Depuis de longues années déjà, ces suédois atomisent le public black metal avec des albums d'une brutalité grandissante à chaque essai. « Rom 5 :12 » est leur petit dernier et fait référence à un passage de la bible, chose normale pour ces bons petits enfants de chur.
Première chose à noter, pourquoi cette pochette ? Marduk nous avait habitué à mieux, souvenez «Fuck Me Jesus » ou plus récemment « Plague Angel », bon vous me direz c'est pas l'essentiel.
Attaquons la musique, « The Levelling Dust » en guise d'ouverture, et première (bonne) surprise, les black metalleux savent ralentir le rythme, et surtout savent bien le faire, un titre mid tempo, une basse bien présente, bref ça commence plutôt bien. Chassez le Marduk, il revient au galop, deuxième morceau, et le blast est de retour, ça leur manquait déjà, un titre Mardukien ni plus, ni moins.
J'allais oublier la production, un poil crade, brut de décoffrage tout en étant totalement audible, un son adéquate pour un album comme « Rom 5 :12 ». Et là arrive l'une des pièces maîtresse du disque, « Imago Mortiis », le groupe a décidé de casser son image de grosse brute épaisse, une chanson malsaine, simple, lancinante, plus de huit minutes de bonheur, une batterie minimaliste, j'ose même la rapprocher de AC/DC, oui je sais surprenant mais c'est terriblement efficace. Du très très bon Marduk pour un morceau noir au possible. Mais Marduk a décidé de ne rien faire comme tout le monde, on repart dans le brutal et rapide avec le morceau suivant, « Through The Belly Of Damnation », avec un petit passage de basse ma foi fort sympathique. « 1651 », un trip instrumental, avec un Mortuus aux vocaux toujours aussi maléfiques, ça transpire le mal par tous les pores, un morceau dispensable mais pas nuisible à l'ensemble. « Accuser / Opposer » est la chanson de cet album, un mid tempo une nouvelle fois, très sombre, un sample en latin, la présence du chanteur de Primordial, près de neuf minutes aux portes de l'enfer, j'ose même la comparaison avec le cultissime « De Mysteriis Dom Sathanas » de Mayhem pour l'ambiance totalement « evil », un titre qui se termine par un chant grégorien d'environ deux minutes. Juste énorme. Ce disque à du mal à trouver sa voie, entre brutalité classique chère à Marduk et des morceaux plus lents redoutablement efficaces.
« Rom 5 :12 » est un disque surprenant qui pourra dérouter les fans purs et durs mais saura dans le même temps en attirer de nouveaux. Un disque noir, entre massacre à la hache durant les guerres de religion et messe noire éclairée à la bougie. Un album qui fait du mal et ça fait du bien.

Le site : http://www.marduk.nu/ et http://www.myspace.com/truemarduk

ML

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics