P.M.T. Topping From Below
Naïve

P.M.T., né en 1997 des cendres de Pré-Menstrual tension, le combo rock-métal lausannois a un joli parcours derrière lui. Ce groupe psychocore s'apparentant au Nu Métal a déjà joué avec de très nombreuses pointures de la scène métal telles que The Young Gods, Sepultura, Clawfinger, Pleymo, Watcha, Lofofora, Silmarils, eths, Korn ou encore Marilyn Manson. En 1999, ils réalisent leur première démo, suivie d'un premier album « Soundwich Boom ! » en 2001. En 2003, rebelote, ils sortent un EP « 4 play 2 play » qui annonce « Acupuncture for the Soul » en 2004. Fort de ces expériences, P.M.T. revient sur le devant de la scène avec des moyens dignes des grosses productions et ça s'entend ; ils n'ont pas compté leurs heures de studio et la production est soignée de A à Z. Ce qui n'est pas vraiment surprenant quand on sait que le producteur Jay Baumgardner (Evanescence, Korn, Papa Roach ) a accepté de mixer P.M.T. et que Ted Jensen, le boss de Sterling Sound à New York, s'est occupé du mastering.

L'album s'ouvre avec « Kinky Kamikaze », un morceau déluré et déjanté d'excellente qualité qui nous fait entrer immédiatement dans le sujet. Il est suivi de « Born Again », un morceau qui tire plus vers le métal-gothique avec des influences plus industrielles. « Organic Freaks » est plus grave, plus lourd tout en gardant une base mélodique très entraînante. « Fake Plastic Sky » est un morceau original qui mêle un côté electro-techno assez minimaliste avec un métal très lourd ponctué de screams; le contraste est saisissant et intéressant. « Heart Squared » est taillé pour être un single ravageur : un refrain hyper entraînant et un morceau superbement construit dans lequel le chant et les instruments se mélangent adroitement. « Ameri Can / Ameri Can't » est travaillé à la sauce Néo Fusion très agréable. « Now Watch this drice » est un autre morceau bien conçu un peu plus Kornesque. « Borborygmosfear » est un interlude, une pause de respiration, puis l'album reprend avec « Sataniko Mecaniko » au métal rapide et tapageur. On enchaîne avec un autre morceau qui a l'étoffe d'un single : « Sic or Sinistra », léger et mélodique ; les changements de rythmes et d'atmosphères sont présents très « Linkin Park ». « Crucifaced » nous emmène sans ménagement dans l'univers du groupe ; changement d'ambiances à profusion et production aux petits oignons. « Sonic Sniper Decipher », un peu plus calme, continue notre balade au gré des chansons de l'album. « Haemophonik » est un des morceaux les plus métal de l'album ; la place laissée aux guitares y est prédominante. « My Space », qui clôt l'album, a une ambiance qui oscille entre métal-gothique et electro.

Nous avons donc un album très dangereux ; car plus on l'écoute, plus on a envie de l'écouter et de profiter pleinement d'une production soignée et de morceaux variés. Un bon album pour un groupe qui monte et est appelé à plus d'importance dans les prochaines années.

Le site : http://www.pmt1.com/ et http://www.myspace.com/pmt1

Franki

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics