STRIBORG  Ghostwoodlands
Displeased records

A force de vouloir aller le plus loin possible du côté obscur de la force, Sin Nanna (seul compositeur, auteur et interprète de Striborg…en quelque sorte le Rémy Bricka Australien) a avec «Ghostwoodlands» atteint un point de non retour. Encore plus prolifique que Cassandra Wilde et Sylvia Saint réunies, Striborg nous délivre son sixième album en trois ans et n'a pas vraiment choisit le chemin le plus facile dans les sphères du black metal actuel…encore que je ne suis même plus certain que l'on puisse qualifier ce «Ghostwoodlands» de black metal (du moins, dans le sens ou il n'a aucune connection avec les Dimmu Borgir, C.O.F et autres big-sellers bien connus de l'homme de la rue). En schématisant au maximum, on pourrait définir Striborg en une version anti-commerciale de Xasthur (faut déjà avoir eu l'idée d'associer Xhastur à une musique commerciale, ce qui n'est pas le plus évident). L'univers glauque et dépressif de «Ghostwoodlands» se résume à de très longues plages de musique ambiante (bien loin de Mortiis) ou une rythmique uni-dimensionelle côtoie des parties de guitare répétitives et des vocaux écorchés à la limite du soutenable. Difficile de faire plus extrême dans le registre. En finalité, on se retrouve avec un album dont on ne sait plus trop quoi penser. Soit Sin Nanna est un génie (du mal) qui a choisit la voie musicale pour faire passer son message soit on a affaire à un mystificateur de premier ordre. Difficile d'apporter une réponse à cette question, il ne nous reste toutefois qu'à saluer le courage de Displeased pour sortir ce genre d'album dédicacé à une audience très, très limitée.

Le site : http://www.myspace.com/striborg

Jordy

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics