THE SORROW  Blessed from a blackened sky
Drakkar records

A l'heure où la scène metalcore commence à sérieusement décliner, on se demande bien qui pourra redonner une lueur d'espoir à ce style préprogrammé à une mort certaine. Après les contres performances de groupes phares tels que Caliban, As i lay dying et un Killswitch engage en pilotage automatique, la voie est grande ouverte pour la concurrence. Et venu de nulle part, un groupe va me redonner la foi et me montrer que le metalcore, ça peut être bien !
The Sorrow vient d'Autriche et jusqu'ici je n'en avais jamais entendu parler. Il faut dire que le nombre de nouveaux groupes dans ce style est incalculable. Chaque semaine, les labels signent leurs nouveaux protégés en espérant qu'ils soient leur poule aux œufs d'or. Ici, C'est Drakkar records qui a senti le bon coup. Qu'est ce qu'on demande à un bon disque de metalcore ? Il faut éviter d'être répétitif, de copier sur son petit voisin, de lâcher des refrains voix claire à gogo et si possible, avoir la touche d'originalité. Sur « Blessings from a blackened shy », on n'en est pas loin. Le disque est composé d'une douzaine de titres variés. Jamais le sentiment de lassitude ne se fait sentir. Premier bon point. Le groupe possède déjà sa touche personnelle, même si elle a déjà été pré-utilisé par d'autres. Leur influence majeure serait, pour ma part, KSE. Pourtant, The Sorrow ne les copie pas.
La plupart des titres sont construits de manière classique à savoir, les riffs syncopés avec le refrain accrocheur. Néanmoins chaque chanson possède sa propre personnalité, chaque riff est une tuerie, les refrains ne sont pas lourds et, il faut l'avouer, sont super efficaces et jouissifs. De plus, la production et le mixage sont ultra carrés. L'album monte en puissance et le placement des titres a été judicieusement réfléchi. Après les 4 premières bombes et un petit interlude, nous voilà lancé sur une trilogie de hits. L'enchaînement « Numbers of failure », « Far beyond the days of grace » et l'excellent « From this life » fait mal et on aime ça !
Arrivé sur la fin de cet orgasme sonore, je me relance dans une nouvelle écoute, puis une autre et encore une autre. Jamais l'ennui ne se fait sentir. Pour un premier essai, les autrichiens ont plus qu'assurés et se placent en outsider principal sur la scène metalcore. Il ne manque plus qu'à gommer les quelques références utilisées et le tour sera joué.
La place de tôlier de la scène metalcore que possède KSE est plus que menacée. « Blessings from a blackened shy » est l'album qui me réconcilie avec le style. Après toute les daubes écœurantes entendues depuis le début de l'année, The Sorrow nous a pondu (pour moi) l'album metalcore de l'année ! ENORME !

Le site : www.thesorrow.net

Jerem

www.ultrarock.net                                                               design essgraphics