ABIGAIL WILLIAMS
" In the shadow of a thousand suns "

ABIGAIL WILLIAMS In The Shadow Of A Thousand Suns
Candlelight records

Majestic black metal, le genre n'est pas discret. Que du contraire même et c'est aussi ce qui fait que le style est haï, voire même conspué par les amateurs de black old-school. Faut reconnaître que l'imagerie un rien tapageuse des groupes officiant dans le registre n'est pas faite pour rehausser le niveau. A mi chemin entre M. Manson et un mauvais porno bondage, le kitsch du genre est mis en évidence pour épater des ados en mal de rébellion qui écoutent Cradle ou Dimmu comme ils écoutent Green Day et Indochine.

Majestic black metal, le genre n'est pas nouveau (loin s'en faut) et le principal grief vient du fait que les pionniers du genre ont à ce point fixé les règles du style qu'on en est arrivé à ne pouvoir dissocier le genre de ses géniteurs. Il n'y a quasiment aucune place pour l'innovation et les quelques frileuses tentatives d'originalité sont immédiatement noyées dans les habituels poncifs. Prenez ce groupe New-Yorkais par exemple, on pourrait espérer que leur éloignement géographique permettrait un soupçon de personnalité. Que nenni, c'est du formaté 100%. De l'hystérique basé sur des tempos rapides et des accélérations à couper le souffle, le tout rehaussé de vocaux perçants éructés par un chanteur en apparence complètement halluciné et là vous avez la facette Cradle Of Filth. Du philharmonique, avec des arrangements au piano assez flamboyants, des parties qui lorgnent vers la musique classique et vous vous retrouvez immédiatement en territoire Dimmu Borgir. Si on veut être complet, on signalera qu'ici le tout est rehaussé d'ambiance un poil Barnumesque (je sais pas trop si le mot existe, sinon c'est que je viens de l'inventer). 

En schématisant «In The Shadow Of A Thousand Suns» ressemble incroyablement aux albums d'Illnath qui eux-mêmes ressemblaient farouchement aux sorties de The Old Man's Child qui étaient fortement influencées par les premières réalisations de C.O.F.

Et pourtant, malgré cette multitude de commentaires négatifs, Abigail Williams est un excellent groupe, leur album est tout simplement imparable. Les idées sont géniales et parfaitement mises en évidence. Zéro point pour l'originalité mais en finalité un superbe album de Majestic Black. Avec Carach Angren, une des meilleures sorties de l'année 2008 dans le registre.

Le site : http://www.myspace.com/abigailwilliams

Jordy






Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 

Design : www.essgraphics.fr