BEAUTES VULGAIRES
" A part ça tout va bien "

BEAUTES VULGAIRES à part ça, tout va bien …
AT(h)OME

Les Beautés Vulgaires … voici un groupe pop, rock, chanson française qui s'est formé en 1995 du côté de Toulouse et qui a la particularité de receler en ses rangs, de deux saxophonistes. Ce ne sont donc pas des débutants et la liste de leurs albums en témoigne : « Des Lyres et des Boires », « Zoo de nuit », « Asile de Flou » et maintenant « à part ça, tout va bien…». Entre Noir Désir et Louise Attaque, les beautés Vulgaires ont assurément leur place dans le paysage musical français ; la beauté de leurs textes (qui aiment jouer sur les mots) s'alliant à une musique agréable et rendue originale, voire festive ou folk, par l'introduction des deux saxo.

L'album débute avec « à part ça tout va bien… », un texte engagé qui ne manque pas de piquant ; une satyre sur le monde qui va trop vite, l'isolement et l'indifférence, le tout sur une musique agréable qui colle aux paroles, assez rapide, parfois lourd où le chanteur finit en crachant un dernier « à part ça, tout va bien…» dont l'intention seule, révèle la pensée qui se cache derrière. On enchaîne avec un morceau acoustique, « Laisse aller », traitant de la futilité et du fait qu'on ne prend plus le temps de s'écouter. Le côté acoustique, l'apport des cordes, le rythme soutenu et le débit de paroles font inévitablement penser à Louise Attaque. Une intro style métal, c'est « Le journal », un portrait caustique de l'homme médiatique (tient … Noir désir), de ceux qui sont prêts à tout, vraiment tout, pour passer à la télévision. Avec « Adieu ma blonde », sur un rythme soutenu, on trouve un texte amusant à deux niveaux de lecture où le parallèle est fait entre une rupture amoureuse et l'abandon de la cigarette. Un vrai petit bijou ce texte. Avec « Prendre une claque », on a un morceau rock, rehaussé par nos deux saxos, où le chanteur semble vraiment s'être prit une claque, s'en être relevé peu à peu et se remettre progressivement en action. L'amusant « Doggy bag (ou le deuxième chapitre) » est la suite de « Chapitre premier » qui se trouvait sur l'album « Asile fou ». C'est surtout un morceau amusant et remuant où le refrain va jusqu'à faire penser aux rythmes endiablés de la Mano Negra (si si !). On enchaîne avec une interprétation personnelle de « La maman des poissons » de Boby Lapointe. Un texte rempli de jeux de mots qui trouve admirablement sa place parmi les compositions du groupe. Assez rock, revendicatif, entre Noir Désir et Renaud (pour le texte), le groupe réclame « Le strict maximum » pour tous les oubliés du système ; le contre-pied de « à part ça tout va bien… ». Sur ce rythme entraînant (très Louise Attaque), les Beautés Vulgaires nous expriment leur déception, leur impuissance face à ce qui se passe dans le monde (« A ne rien comprendre »). Heureusement, il reste un petit coin de paradis (« Tu m'emmènes ») : un joli morceau acoustique, une pause réparatrice, une lueur d'espoir où l'amour nous mène dans un pays où les gens s'aiment et où il fait soleil à minuit. Retour au rock engagé avec « Atteint par la fièvre » : morceau agréabl, armé d'un refrain fort qui s'installe vite dans la tête. Un petit passage acoustico-anecdotique, on fait un petit tour « Au 37 … » où on suit les tribulations érotiques de la locataires du 37, rue Lejeune.

Bref un album très frais et très agréable que l'ont peut écouter superficiellement, mais qui ne manque pas d'intérêt si on y prête une oreille plus attentive.

Le site : http://www.myspace.com/lesbeautesvulgaires

Franki

 

 

 

 

 






Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 

Design : www.essgraphics.fr