Accueil

Chroniques
 

BEYOND THE VOID Gloom is a Trip for Two
Sureshotworx

Beyond The Void est un groupe de six allemands, originaires de Munich, qui fût fondé en 2000. Très connu dans le petit monde des jeux vidéos pour s'être révélé dans le monde virtuel de « Second Life » comme le premier groupe métal et le premier groupe gothique. En dehors du virtuel, ils commencent également à être assez connus et leur rock gothique bien produit n'est pas sans rappeler les pointures du genre que sont H.I.M., The 69 Eyes ou Crematory.

« Gloom is a Trip for Two » est un voyage romantique à travers l'amour, la trahison et la haine : tous les thèmes propices à un album de métal gothique bien classique. Assez classique et peu innovateur, en effet, mais tellement bien construit qu'on ne peut s'empêcher de l'écouter et de penser que l'on n'a pas fini d'entendre parler de Beyond The Void.

« Her Dive Into Midnight » donne directement le ton de l'album : un morceau attachant de rock gothique sombre qui rappelle de suite H.I.M. « Seductora », le premier single de l'album, marie très agréablement la voix de Daniel Pharos avec celle de la chanteuse Mexicaine Isadora Cortina. Ce morceau est vraiment parfait pour un premier single et devrait jouer sans problème son rôle de locomotive pour l'album. Le titre suivant, « Famine », nous pousse à chantonner grâce à un refrain très accrocheur, dans la plus pure tradition du rock gothique allemand (un peu comme Michelle Darkness). « Cyanid Eyes »continue notre voyage dans les coins sombres et légèrement plus tendus de l'album. La plage titulaire « Gloom is a Trip for Two » remet une couche de métal gothique mélancolique à souhait (à l'excès ?). « Nihilisme », le rythme se calme, le chant se fait plus doux, le piano de Rudolf Pfaffenzeller et les curs discrets donnent à cette chanson un cachet surprenant et agréable qui rompt un peu le début de monotonie de l'album ; une pause respiratoire très agréable. « Let Me Reap », toujours aussi sombre et mélancolique, renoue avec un refrain plus entraînant où les guitares se font plus entendre. « Rid of the Earth » renoue avec le thème principal de l'album. Puis vient « Hate World » dans lequel on est frappé de plein fouet par le chant provenant des tréfonds de l'âme de Daniel Pharos. « My Life is a Lie » nous fait faire un crochet du côté du glam-rock à la finlandaise tant mis à la mode par H.I.M., bien ficelé, avec des changements de rythmes et d'ambiances. « Unwanted », baigné de guitares et de tristesse, est un bon morceau qui se termine paisiblement avec quelques notes de piano et de violon. L'album se clôt sur un triste et lancinant « A Minute Before Dawn » qui nous donne un peu l'impression d'agoniser et de traîner en longueur.

Voilà, sans rien inventer de révolutionnaire, Beyond The Void nous sert un très bon album oscillant entre rock gothique à la finlandaise et à l'allemande, le tout agrémenté de quelques tubes en puissance. Je suis persuadé que cet album fera son chemin.

Le site : http://www.beyondthevoid.de + http://www.myspace.com/bevoid

Franki