Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

JESUS ON EXTASY Beloved Enemy
drakkar-innovative promotion

Un peu de rock assaisonné d'un soupçon de gothique, d'une pincée de métal, d'un zeste d'électro, vous saupoudrez le tout de pop et d'indus et de dance, vous agitez bien et vous obtenez Jesus On Extasy.

Jesus On Extasy, ce sont les frères Dorian et Chai Devereux, Ophélia Dax et Alicia Vayne. Ces 4 Allemands originaires de la Ruhr ont fondé le groupe en 2005. Ils ont d'abord produit un EP, « Assassinate Us » qui fit bonne impression et fut suivi d'un premier album « Holy Beauty » puis de « Beloved Enemy ». Les influences du groupe sont à rechercher du côté de NIN, Marilyn Manson, HIM, The Birthday Massacre, Placebo, Covenant, la scène EBM . Rien de très typé, ce qui se retrouve bien dans leur musique.

« Beloved Enemy », la plage titulaire qui ouvre l'album, est un bon morceau de rock gothique : assez entraînant dans les refrains, beaucoup plus gothique dans les couplets, le tout donnant un ensemble plaisant à l'écoute. Dans « Change The World », le morceau représente un joli mixe entre un morceau electro (style Covenant) et le glam-rock de HIM ; à nouveau l'ensemble se révèle très plaisant, la petite touche gothique étant introduite par la voix de Dorian. « Direct Injection » est un des morceaux qui ressort positivement de cet album ; une touche techno-dance rapide donne le tempo et nous entraîne sur le dancefloor, le chant et les guitares (discrètes) donnant un petit côté rock-gothique à une chanson assez pop-techno très dansante. « Stay With Me », le premier single de l'album, est un glam-rock sucré et encore moins innovateur que le reste de l'album dont c'est pourtant le point faible. Cette chanson formatée radio, plaira peut-être à ce public vu qu'elle oscille entre HIM et A-ha, mais, personnellement, je n'ai pas du tout accroché. « Stuck », au côté germanique un peu plus présent, alterne des couplets lents et gothiques, voire plaintifs, avec des refrains plus lourds et un poil plus rapides, le tout agrémenté de quelques trouvailles techno. Dans « Break You Apart » la présence des synthés est plus marquée, le chant se veut plus éthéré mais n'arrive pas à nous transporter. « Lies » commence avec une intro furieuse et explosive ; une chanson très intéressante alternant un rock gothique lent avec des passages déjantés dignes des Chemical Brothers. Avec « The Last Day Of My Life », on a un morceau typique du rock gothique allemand : voix caverneuse et plaintive, rythme lent et lourd, le tout n'est pas sans rappeler Michelle Darkness. Néanmoins, le résultat final se révèle assez agréable à l'écoute. « You Don't Know Anything » marque le retour au côté techno-gothique-indus du groupe ; ici aussi, le résultat est agréable (même si les emprunts, entre autres à Marilyn Manson, sont nombreux). « Dead Président » marque un petit break, un petit morceau glam-rock plutôt lent qui laisse une place de choix aux synthés qui mettent merveilleusement la voix de Dorian en valeur sur les couplets ; une chanson originale contrairement à « Falling » qui nous reverse dans une techno-pop-gothique de dancefloor assez conventionnelle qui, tout en restant agréable, laisse un arrière-goût de déjà vu. « Church On Extasy » tend plus vers le métal gothique, les apports électroniques apportant une touche caractéristique du groupe ; le chant, quant a lui, est un peu plus haché, plus criant, il a laissé sa couche de vernis au placard. L'album se clôt avec « Sometimes », une balade mid-tempo mélancolique ; une sorte de piano-voix dans lequel les autres instruments se font discrets tout en apportant un réel plus.

Bref, un album agréable à l'écoute mais assez peu innovateur dont je ressortirais malgré tout « Direkt Injection » pour son énergie et « Dead Président » pour son originalité. Je vous laisse vous faire votre propre opinion.

Le site : http://www.jesusonextasy.com/   + http://www.myspace.com/jesusonextasy

Franki