KARELIA
" Restless "

KARELIA Restless
Season Of Mist

Les cinq alsaciens reviennent en cette fin d'année avec « Restless ». Connus et reconnus pour leur musique heavy très symphonique, aux claviers très présents, Karelia s'essaie ici à tout autre chose et a choisi d'inclure une composante électro très importante dans sa musique. Le risque de ce genre de virages à 180° est évidemment de perdre l'estime et l'attention de son public, sauf si évidemment ce troisième album s'avérait transcendant…

L'album commence avec le titre éponyme, doté d'un son très lourd et incisif comme on les aime. On sent déjà l'influence énorme du clavier sur les compositions, l'introduction est d'ailleurs tournée autour de l'instrument à touches. Ce premier titre s'avère plutôt encourageant pour la suite, à condition bien sûr, d'accepter l'omniprésence de ce dernier instrument qui est souvent un sujet à débat entre les fans de la nouvelle scène et les puristes du heavy…

Et ce n'est certainement pas le second morceau qui calmera les réflexions sur le sujet. En effet, « Trial » a des allures de morceau ‘techno dance' de bas étage ! Une batterie quasi inexistante remplacée par des ‘Boum boum', un clavier digne de Floorfilla ou Gigi d'Agostino, un chant monotone et inintéressant, voici le résumé que je pourrais vous faire de cette ‘expérience'. Plus question ici de parler de heavy, cela s'apparente à de l'électro pure, et encore. C'est ce qu'on appelle un hors-sujet…

Fort heureusement, cet écart n'est pas de très longue durée, « Mirror, Mirror » nous rassure immédiatement avec ses riffs séduisants très appuyés et une mélodie agréable, bien loin du titre précédent. Cette tendance à trop d'électro reviendra cependant avec une reprise très hasardeuse de « Lift Me Up » de Moby, titre qui n'apporte rien et devient vite lassant.

Les compositions s'enchaînent ensuite dans un style intéressant mais certainement pas assez travaillé, Karelia n'a pas réussi à créer le petit quelque chose qui rend une chanson incontournable. On pourrait alors penser que notre cher groupe français a perdu de son talent qui nous a fait aimer des albums comme « Usual Tragedy » ou « Raise ». Heureusement, « Crash » nous rassure et nous montre qu'il n'en est rien. Piste que je considère comme titre phare de cet album, sa mélodie rappelle vaguement un certain agent secret anglais mais s'avère très plaisante.
L'album s'achève sur une reprise de R.E.M, « Losing my religion », l'une des meilleures pistes de l'album elle aussi. Karelia a su donner un autre aspect à ce tube du groupe américain avec un rythme saccadé et lourd très réussi. Cette reprise aurait été vraiment efficace si le chant avait été un peu travaillé et plus original.

L'impression donnée après l'écoute de « Restless » est ainsi très mitigée, cet album déplaira sans aucun doute aux adeptes du bon vieux Heavy Metal. Karelia réussit à choquer l'auditeur avec le culot qu'impliquent certains de leurs morceaux très (trop) électro. Ce sera certainement quitte ou double pour les cinq alsaciens qui pourraient tout de même attiser la curiosité de certains avec des titres aussi marginaux dans le monde du Heavy.

Le site : www. karelia .fr + www. myspace .com/ karelia band

Xavier






Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 

Design : www.essgraphics.fr