Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

NECROPSY Bestial Anatomy
Autoproduction

Je ne m'attendais pas vraiment à une grosse révolution. Pour peu que le groupe ait mis autant d'imagination dans la compo de sa musique que dans le choix de son patronyme ! Des Necropsy, il y en a un peu partout dans le monde. C'est un peu comme un idiot, on en rencontre un dans chaque village (souvent même plusieurs en fait) et donc avant même d'introduire le cd dans mon lecteur, je me doutais un peu du contenu de «Bestial Anatomy». Le titre de l'album est étonnamment en Anglais alors que les paroles sont, elles, en Français et conceptuellement, on n'a pas vraiment besoin d'être un grand devin pour imaginer les textes qui se cachent derrière des titres aussi révélateurs que «Gueule de Vieille», «La Varice» ou encore «Degueule House».

Musicalement par contre et alors que tous les voyants indiquaient une énième boucherie grind / gore / death, j'ai été assez agréablement surpris par le contenu de ce premier album. Bien sûr, on n'entre jamais vraiment dans le domaine de l'expérimentation ou de l'innovation mais «Bestial Anatomy».surprend quand même par certains arrangements pas mal foutus du tout. Le groupe a su jongler entre références, influences et parties plus personnelles pour nous offrir un produit nettement moins générique que la majorité des productions de brutal death (avec quelques passages grind) qui envahissent nos lecteurs.

En plus, Necropsy s'est intelligemment limité à une sélection de neuf titres pour une durée totale d'approximativement vingt-cinq minutes, évitant ainsi de lasser l'auditeur sur la longueur. «Bestial Anatomy» ne va pas vous laisser un souvenir impérissable mais l'enthousiasme qu'a mis le groupe pour l'enregistrer est plutôt du genre communicatif.

Le site http://www.necropsy.fr et http://www.myspace.com/necropsydeathmetal

Jordy