PHENIX
" Immortal flame "

PHENIX Immortal Flame
Brennus-music

Après avoir joué avec le feu avec « Sacred Fire » en 2002 et « Wings Of Fire » en 2004, Phenix nous déclare sa flamme en 2008 avec « Immortal Flame ». L'instabilité du groupe, notamment des changements successifs de line-up, ne l'a pas empêché de continuer sur sa lancée et de nous proposer un nouveau disque étoffé puisqu'il ne contient pas moins de 15 titres et plus de 70 minutes de heavy. Les cinq francs-comtois n'ont pas hésité à migrer jusqu'à Cracovie pour enregistrer leur album dans les meilleures conditions possibles.

Première chose assez frappante, le chant de Bertrand Gramond est bien plus mis en avant que le reste des instruments. Est-ce un choix du groupe ou plutôt une grosse erreur de mixage ? Quoi qu'il en soit, cet effet ne s'avère pas vraiment intéressant et l'on aurait préféré une meilleure cohésion musicale.

Deuxième remarque concernant le mixage mais beaucoup plus positive que la première, le groupe a su mettre en avant son jeu de basse, qui s'est avéré être un plus non négligeable pour l'ambiance des titres. En effet, Anthony Phelippeau (qui a quitté le groupe depuis…) nous montre ici l'étendue de son talent et donne une vraie leçon de l'instrument à 4 cordes.

Concernant les compositions en elles-mêmes, il y a beaucoup à dire. « Immortal Flame » se lance avec le titre éponyme à l'introduction accrocheuse. Trop conventionnelles, les cinq premières plages du disque se laissent écouter mais ne séduisent pas forcément (à noter le titre imprononçable : « BBP180800X »). L'album ne devient vraiment intéressant qu'à partir d'une composition cloisonnée en quatre titres sous forme de chapitres : The Third Crusade. Phenix nous fait vivre ici l'épopée d'un guerrier chrétien allant batailler pour récupérer Jérusalem lors de la Troisième Croisade. Ces paroles très clichées sont rapidement oubliées au profit des mélodies, des changements de rythme et d'atmosphère qui nous sont proposés.

Une fois la Troisième Croisade passée, on ne peut que se dire que le reste de l'album paraîtra encore plus fade, il n'en est rien ! En effet, « Immortal Flame » s'achève en beauté, notamment avec des titres comme « End Of The Road », « Play My Game » ou encore « Any Time ». Le groupe fait preuve d'un feeling remarquable, mais reste bien inspiré des 80's, notamment comme on l'a souvent dit à leur sujet, d'un certain groupe du nom d'Iron Maiden. Malgré tout, Phenix rappelle à tous ceux qui ont la patience d'attendre le bonus à la fin de la dernière piste d'où ils viennent, le pays de la cancoillote !

Phenix peut se satisfaire d' « Immortal Flame » même si, sans aucun doute, ils sont capables de faire encore mieux. Le groupe est promis à de grandes choses s'il parvient à évoluer et à se stabiliser.

Le site : http://www.phenixmetal.fr.st/

Myspace : http://www.myspace.com/phenixmetal

Xavier

 






Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 

Design : www.essgraphics.fr