Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

RED HARVEST The Red Line Archives
Indie Recordings

Cela fait presque 20 ans déjà qu'officient les prêtres norvégiens du métal indus.

Groupe de métal trash à ses débuts, Red Harvest mélange désormais avec une grande dextérité métal progressif, black, indus, doom, dans la lignée de Ministry.

Les nordiques nous entraînent dans un univers lugubre, à l'atmosphère oppressante et malsaine. Mais quel plaisir de s'y laisser happer. Gros riffs, harcèlement des machines, voix infernale d'Ofu Khan, rythmes tantôt lents, tantôt énervés, passages atmosphériques. Musique entêtante, obsédante, irrésistiblement attirante.

Les albums se suivent mais ne se ressemblent pas. Le précédent, « A Greater Darkness », nous faisait sombrer avec délice dans une obscurité encore plus apocalyptique.

« The Red Line Archives », sorti chez Indie Recordings, est une compilation comme son nom pouvait le laisser supposer, qui reflète avec bonheur ce que le groupe a fait de mieux ces dernières années.

Mais les Norvégiens ne se contentent pas de nous resservir du réchauffé, ils nous offrent aussi du neuf. On retrouve d'anciens morceaux remixés ou non : « Abstract Moral-Junction Mix », « 4418 » et « Synthesize My DNA » (Internal Punishment Programs, 2004), « Dead » et « Desolation » (Sick Transit Gloria Mundi, 2002), « Last Call » (Cold Dark Matter, 2000), mais également des morceaux inédits de 1996 (« The Central Sun ») ou des nouveautés (« Technocrate », « Move Or Be Moved »).

Ce dernier album est une bonne introduction à Red Harvest pour ceux qui ne connaissent pas le groupe et une bonne acquisition pour les fidèles qui y trouveront également leur compte.

Une symphonie morbide, glauque et délectable. On en redemande !


Le site : www.redharvest.com + www.myspace.com/redharvestplanet

Maelström