Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

REVOLUTION RENAISSANCE New Era
Frontiers

Bon, j'ai d'emblée décidé de vous épargner les détails de la saga Timo Tolkki vs Stratovarius. Disons que ce Revolution Renaissance-le disque, parce que le nom du groupe, c'est juste une (mauvaise) idée du label (ah non, commencez pas à poser des questions, suivez, hein…) Revolution Renaissance, c'est donc le disque qu'aurait dû enregistrer Strato si de Strato avec Tolkki il y avait encore. C'est clair, non ? Tolkki et Strato c'est (encore) fini. Point. Enfin, si les potins vous attirent (« Santa Barbara, tu me diras… ») allez faire un tour sur le blog du (gros et un poil dérangé) guitariste viking et vous serez comblés. Exit donc Strato… Enfin peut-être pas définitivement puisque les autres veulent continuer sans Mr. maniaco-dépressif et que ce dernier, bon prince, leur cède tous ses droits. A suivre donc (peut-être)…

Bref New Era serait (selon le label et le compositeur) le successeur de Visions (rien que ça !). Euh, les fans (dont je suis) des albums « Episode », « Visions », « Infinite » en sont pour leur (faible) espoir de voir renaître la gloire de (feu) Stratovarius. Ici, ça sent l'auto-repompage à plein nez ! Alors, bien sûr, c'est joué de mains de maître mais où sont passées Inspiration et Innovation, les deux mamelles du succès de la composition discographique ? Dans l'égout (avec les couleurs ?). Non, sans rire, c'est bien fait mais un peu sans âme (je sais, c'est salaud) ; ça frôle en permanence le self-plagiat en raison du nombre conséquent d'auto-citations.

Pourtant, étant (encore) copain avec des musiciens professionnels, Tolkki s'est assuré les services de sacrées pointures pour tenir le micro repris à Kotipelto. Jugez du peu : Tobias Sammet (Edguy et Avantasia) Pasi Rantanen (Thunderstone) et Michael Kiske (oui, oui, le seul vrai chanteur cucurbitacé). Du coup, le morceau d'exposition «  Heroes » n'est pas mal du tout mais sonne… comme du Edguy. «  I Did It My Way » , bien que simpl(iste) est porté par un Kiske impérial (c'est beau le talent+le métier : il faut l'entendre tenir seul la mélodie de tout un couplet) et me semble un excellent choix de single, vu que je l'ai encore dans la tête plusieurs heures après l'avoir (encore) écouté. Je trouve au contraire Rantanen peu convainquant (il passe derrière deux grosses légumes, faut dire) en raison de son registre plus limité qui ne réussit pas à transcender des compos que je me permets (si, si) de trouver un poil bâclées («  Eden Is Burning » ) ou resucées d'anciens titres («  We Are Magic » , dans la tradition speed mélodique dont Strato fut pionnier).

Au final (le titre éponyme sensé clore l'album en fanfare illustre cela), l'ensemble est très inégal, peu cohérent et me fait penser à un assemblage vite fait mal fait de vieux machins (certains ayant déjà été interprétés live avec Strato, tel «  Last Night On Earth » ) et de titres largement au-dessous de la discographie antérieure du sieur Tolkki (enfin, je veux parler des années 90, là). On retrouve certes le son de gratte et l'esprit Strato mais les claviers semblent quasi absents, à mille lieux des interactions lumineuses avec la guitare qu'on trouvait sur « Infinite ». Et bon, Jorg Mickaël (quelle idée d'avoir gardé ce nom, hein ?) frappe plus lourd que Mika Rantanen, non ? (à moins que ce dernier ne soit sous-mixé…)

En conclusion, une belle déception, surtout au regard du casting ! Décidément, il ne suffit pas d'être pétri de bons sentiments et surdoué des deux mains pour réussir un album.

Le site : http://www.myspace.com/revolutionrenaissance

Bouteil Bout