Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

RPWL The RPWL Experience
SPV

RPWL est un groupe allemand de rock progressif qui sort son 5ème album appelé « The RPWL Experience ». Avant que vous ne posiez la question, RPWL ne veut rien dire, ce sont les initiales des membres du groupe, enfin, des membres fondateurs du groupe, le « R » représentant l'ancien batteur de la formation.

Dès les premières notes de cet album, on se retrouve dans une ambiance oscillant entre le Pink Floyd de la fin des seventies (même le chant renforce cette impression) et un Porcupine Tree pour les morceaux plus énergiques. Ces groupes sont les influences les plus marquantes des membres de RPWL et ça s'entend trop peut-être ? On a l'impression d'écouter un bon « petit » album, mais rien de neuf ; même les détours vers Alan Parsons Project, Asia, Marillion ou Opeth sentent le terrain de jeu connu.

Le premier morceau, « Silenced », est un des plus agressifs de l'album et rappelle immédiatement Porcupine Tree. Ce long morceau (9min52) tente de maintenir l'équilibre entre le chant, la guitare et un riff répétitif. On enchaîne avec « Breath In, Breath Out », doté d'une jolie mélodie qui laisse la place de choix au chant. « Where Can I Go » est un exemple de chanson typique de rock prog 70's, si ce n'est dans l'introduction d'un dialogue qui n'ajoute pas grand-chose. « Masters of War », une reprise de Bob Dylan est joué avec une approche Pink Floydienne très (trop ?) marquée dont on soulignera le bon solo de guitare. Avec « This is not a Prog Song », on a un morceau pop sympa où le groupe nous prouve son sens de l'ironie, n'hésitant pas à se moquer de lui-même et de son style musical. « Watch Myself » marque le retour au rock psychédélique classique que RPWL aime, mais qui manque un peu d'innovation. Dans « Stranger », les guitares et le rythme sont un peu plus lourds, la chanson se rapproche un peu plus du style prog actuel mais le chant, trop Pink Floydien, n'arrive pas à faire décoller une chanson qui est pourtant une des meilleures de cet album. « River » est une balade acoustique un peu longue à laquelle les bruitages expérimentaux n'ajoutent pas grand-chose. « Choose What You Want To Look At » est un morceau agité mêlant rock-rap-punk qui tranche assez nettement dans un album plutôt atmosphérique. « Turn Back The Clock » et son côté plus conventionnel dans lequel on peut, peut-être, sentir une pointe de Genesis ou de Marillion, clôt cet album.

En résumé, si vous êtes fan de Pink Floyd, de Porcupine Tree ou de rock progressif 70's, alors vous allez sans doute apprécier cet album qui, sans amener de grandes nouveautés, est bien ficelé. Dans le cas contraire

Le site : http://www.rpwl.de + http://www.myspace.com/rpwl

Franki