Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

STONE LAKE Uncharted Souls
Unlimited Music Production

World Entry a un an et déjà les Suédois de Stone Lake sortent son successeur : belle productivité ! Ici point de métal progressif mais une trame hard rock on ne peut plus classique sur laquelle viennent se poser des vocaux… odieux. Ah, ma brave dame, tout fout le camp et le petit personnel n'est plus ce qu'il était ! De mon temps, les chanteurs chantaient ( remember Johnny Rotten, Bon Scott et autre Angry Anderson). D'accord, pour la bonne foi, je repasserai…

Stone Lake est frappé d'un mal répandu : le problème de recrutement (il faudrait voir à virer le D.R.H. dans cette affaire ou alors à embaucher un chasseur de têtes). C'est vrai, ce chanteur gueule comme un putois ! Imaginez Axl Rose qui se serait réveillé un matin (euh, un midi, plutôt) avec la brusque lubie de chanter comme André Matos (dur : déjà songer à chanter…) et vous obtenez un aperçu assez proche de ce qu'ose le braillard en question (parce qu'il faut oser, hein…) Stooop ! On arrête les frais, on baisse le volume, on s'achète un correcteur de pitch (ou un accordeur, je sais pas, moi) mais on se débrouille pour redescendre de trois ou quatre tons : ça préservera ce qu'il te reste de cordes vocales, pépère ! Non mais des fois… Il arrive à être aussi énervant que Sébastian Bach (non, pas le fils de J.S., le hurleur de Skid Row), sans jamais obtenir son grain ni son attaque (faut pas rêver…)

Mes délicats appendices auditifs n'ont pas supporté plus d'une écoute. Dommage parce qu'instrumentalement, c'est en place, ça tient la route. Même si l'inspiration n'est pas novatrice pour deux sous, certains morceaux sont sévèrement burnés et fort bien balancés (le titre éponyme, par exemple). Rythmiques bien heavy, mélodies efficaces, on pense à Edguy (enfin, pas pour le chant).

En conclusion, je ne vais pas la jouer faussement objectif sur ce coup : le chant ( ?) m'a tellement rebuté que j'ai fait un rejet (ça arrive). Donc, si les vibrations porcines ne vous effraient pas et si le brame du cerf ou les harmoniques des baleines sont pour vous comparables à un titre de Philippe Katerine, jetez une oreille à ce disque. Sinon, jetez-vous sur le dernier Royal Hunt !

Le site : www.st o nelake.se


Bouteil bout