Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

SVINKELS dirty centre
At home

Pour être franc avec vous, je me demandais bien ce qu'un groupe comme Svinkels pouvait faire sur Ultrarock. Ce groupe (que j'adore) est plus proche musicalement parlant d'un énième groupe de hip hop que d'un groupuscule grind deathcore. Pourtant, en y regardant de plus près, les Svink' ont une attitude beaucoup plus proche de la trinité rock n' roll (sex, drugs, and …) que bon nombre de métalleux. Leur dernier méfait « Dirty Centre » n'échappe pas à la règle ; quand festif rime avec apéritif…

Quatorze titres avec un flow unique et des rimes bien loin des clichés du genre, ici point de « c'est la galère dans la cité », des instrus avec de grosses basses qui vous pénètrent jusqu'au fin fond du cortex. Dérision et gros sons sont au menu en version XXL. Des thèmes essentiels traités avec justesse (« Du PQ (pour mon trou-trou) »), des sujets plus légers (« La Tour Eiffel »). Oubliez tous vos stéréotypes concernant le rap, Svinkels envoie tout valser pour votre plus grand bonheur, unique dans leur style et loin d'être détrôné. Idéal pour vos soirées alcoolisées ou à tout autre moment de la journée, n'essayez pas, vous ne pourrez pas y résister, levez votre verre et recommencez à danser (c'est comme le vélo, ça s'oublie pas). Jetez une oreille attentive aux paroles du « Blues du tox », le flow est juste inimitable et les lyrics s'enchaînent à merveille, « tu danseras la cucaracha si tu goûtes la coke à Rachid », bref du tout bon.

Une fois tous vos préjugés oubliés, laissez-vous tenter, vous n'allez pas le regretter, et si vous avez l'occasion de les voir sur scène, ne les ratez pas, c'est un grand moment.

Pour conclure, les Svinkels c'est comme l'alcool, ça devrait être obligatoire.

Le site : http://www.svinkels.com/ + http://www.myspace.com/svinkels

 

ML