Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

TIAMAT amanethes
Nuclear Blast

Certains groupes ont atteint un tel degré de notoriété que chroniquer leurs albums s'apparente à un véritable cauchemar (vous me direz rien ne m'obligeait à le faire). En plus d'une reconnaissance internationale que de longs silences et de multiples changements d'horizons ne semblent pas troubler le moins du monde, Tiamat reste un groupe apprécié pour son intégrité et son indépendance musicale. Au fil des années et au fil des albums, Johan Edlund a créé un univers à la fois étrange, complexe et systématiquement en dehors des courants habituels. «Amanethes» nous arrive pratiquement cinq ans après le dernier enregistrement et son contenu diffère assez radicalement du reste de la discographie du groupe. Cependant et c'est bien là un des éléments essentiels du talent de compositeur d'Edlund, tous les ingrédients qui ont fait et font toujours le ‘son' Tiamat se retrouvent sur ce nouvel album. C'est toujours très sombre, dépressif voir même presque glacial et pourtant, on s'éloigne de la ligne directrice de «Prey» ou «Judas Christ». L'ambiance est glauque, oppressante et envoûtante mais quelque soit la manière de distiller sa musique (j'ai parfois ici l'impression d'entendre quelques vieux titres de Pink Floyd), Tiamat impose systématiquement une dimension hypnotique. Malgré ses multiples qualités, «Amanethes» (comme la totalité des albums qui ont succédé à «Wildhoney») me laisse un goût d'inachevé, d'inaccompli.

Un album de Tiamat reste quoiqu'il arrive un événement tant le groupe s'est fait rare ces dernières années et même si je suis resté scotché à la période ‘Lucifer Hellslaughter' d'Edlund, «Amanethes» est un album à découvrir pour tout qui apprécie une musique à la fois gothique et atmosphérique (mais de moins en moins metal).

Le site http://www.churchoftiamat.com + http://www.myspace.com/tiamat

Jordy