Accueil

Chroniques

 

 

 

 

 

 

 

 





Design : essgraphics

 

TYR Land
Napalm records

Tyr représente à lui tout seul la totalité de la scène metal des Iles Faeroe. Ces quelques morceaux de cailloux complètement perdus entre l'Islande, l'Angleterre et la Norvège ont aussi le droit d'avoir une scène à euxmême si elle se résume à un seul groupe. Mes connaissances du pays par contre se résument à rien (j'ai juste appris il y a quelque mois qu'il existe aussi une équipe de footeux de par là bas).

Ayant clôturé le chapitre culturel (j'aime faire profiter l'homme de la rue de mes vastes connaissances), je men reviens à Tyr et à son quatrième album. J'avais quitté Tyr avec «Erik The Red» (j'ai donc loupé «Ragnarok») et le groupe est resté exactement tel que je l'avais laissé. La trame est toujours folk n' roll (désolé mais je suis incapable de considérer que Tyr fait du métal). C'est sympa, bien écrit, bien arrangé et surtout pas mal exécuté mais ça reste incroyablement 'molasson' et à dire vrai à des années lumière de ma vision du viking Pagan metal. Ma principale source de démotivation se situe toujours au niveau des vocaux. Les voix claires ne m'ont jamais vraiment emballé et ici c'est encore plus uniforme et donc un poil plus monotone que la normale. J'ai aussi quelques difficultés à me retrouver dans ce registre de musique folk. J'aime le style quand il sert à mettre en valeur une musique barbare ou simplement musclée mais j'éprouve énormément de difficulté à suivre les aventures champêtres de groupes locaux que rien ne relie réellement à la scène métal.

Je concède que parfois mon ouverture d'esprit est aussi étendue que ma connaissance des Iles Faeroe et donc si les précédentes sorties du groupe vous ont emballé il n'y a aucune raison de vous tracasser, vous pouvez vous jeter sans crainte sur «Land». Personnellement, j'en suis toujours à attendre le prochain Amon Amarth.

Le site http://www.tyr.net + http://www.myspace.com/tyr1

Jordy