Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)
 
                                                                                                                                                                
 



ALEXISONFIRE
" Old crows / young carnidals "

A L E X I S O N F I R E     O l d   c r o w s / y o u n g   c a r n i d a l s
Roadrunner records

Tout connaitre dans le monde du rock ou du métal paraît dérisoire. Chacun vit sa petite histoire à grand coup de magazines, webzines, radio ou autres (trop rares) émissions télévisées. Parfois, au détour d'une discussion, accoudé à un bar, on vous parle d'un groupe et on n'en retient pas le nom plus de 30 secondes jusqu'au jour où on y fait vraiment attention par nous-mêmes. Pour ma part, Alexisonfire ça me disait quelque chose mais rien de concret jusqu'à la diffusion d'un clip sur MTV Pulse (un peu de pub pour une des rares bonnes chaines musicales). « Mais dis donc, c'est que ça sonne plutôt pas mal cette histoire » me dis-je. Et par chance, je vois que l'album est à chroniquer, alors même si ce n'est pas mon style de prédilection, je me laisse tenter et grand bien m'en a pris car je me suis régalé.

Et pourtant à la base, je dois bien l'avouer, ce n'était pas gagné. Petit tour rapide sur leur page myspace pour voir à quoi ressemble les lascars et heu, comment dire, je ne suis pas adepte du look mêlant les jeans slim, les coupes de cheveux en total freestyle et les grosses montures de lunettes pour intellos, saupoudrés de stretchs plus gros les uns que les autres. Mais avec le temps, je me suis assagi et je ne juge plus sur ces détails. Heureusement, car le contenu de cette galette tout droit venu du Canada sonne drôlement bien. Pour résumer, Alexisonfire sonne comme un Fall out boy puissance 1000 avec une touche de Funeral for a friend, tout ça sans le côté midinette. Ça sonne Rock, indé, hardcore (gentillet) voire parfois punk comme sur le début de «Young cardinals». Tout ça nous fait une bonne tambouille d'été mêlant des riffs efficaces, bien que semblables à beaucoup d'autres, et refrains accrocheurs et mémorisables qu'on se mettrait à chantonner au volant de sa voiture, fenêtre grande ouverte et Ray Ban scotchées sur la tronche. La durée de vie de ce genre d'album est parfois courte. En effet, une fois que l'on a écouté le bébé en boucle durant une quinzaine de jours, on le met de côté et l'on y revient que trop rarement. Ici, il est fort à parier que cet album ne s'écoutera pas en plein milieu de janvier avec neige et froid polaire, mais repointera le bout de son nez au premier rayon de soleil des printemps. C'est frais, c'est jouissif par moment, bien fichu et ça ne sent pas la chanson de préados conçue au fond du garage avec un riff usé jusqu'à la moelle. Des hits à la pelle vous aurez, dont « Sons of privilege », « Emerald street » ou «Heading for the sun », tout cela avec une production collant parfaitement au style. Le point faible de cette belle machine bien huilée arrive sur les titres les plus lents qui sont presque dispensables, tout comme la pochette qui me laisse indifférent. Nous on veut que ça défonce tout, droit devant et passe la cinquième Maurice.

Avec ce genre de disque, Roadrunner est encore parti pour vendre du skeud par trouzaine, et nos canadiens prêts à visiter les quatre coins de l'Amérique du nord. Le succès est quasiment assuré mais quand tout cela est fait avec bon goût, on ne peut qu'en être jouasse. Le disque parfait pour finir l'été en beauté.

Le site : www.myspace.com/alexisonfire

Jerem13

 

Meet us at  :





Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 




Design : www.essgraphics.fr