Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)
 
                                                                                                                                                                
 



DREAM THEATER
" Black clouds & silver linings "

D R E A M  T H E A T E R Black clouds & silver linings
Roadrunner Record

Voilà je ne sais comment entamer cette chronique car ayant côtoyé l'univers de Dream Theater de très près et bien c'est simple en me jetant à l'eau en faisant abstraction de tout ça. Deux ans après « Systematic chaos » nos chers New-Yorkais nous reviennent avec cet impressionnant et surprenant « Black clouds & silver linings, bien sûr on n'échappe pas à la folie de Dream Theater qui depuis « Six degrees of inner turbulences » est de composer peu de titres, mais très longs, ce qui pour certains fans ou premiers initiés ont du mal à avaler la pilules, mais avec le génie de Dream Theater elle passe souvent bien et avec « Black clouds & silver linings » elle passe très très bien.
Déjà le groupe renoue avec ces anciens albums car, cet opus est très proche d' « Awake » et « Images & words », mais ce qui est surprenant c'est que l'album démarre sur les chapeaux de roue avec le non moins fameux « A nightmare to remember » avec son ambiance très Cradle Of Filth avec l'ambiance de l'intro de départ, mais arrive à être plus sombre que « Awake », et en plus Mike Portnoy ose enfin faire un Blast à la batterie au bout de 20 ans de carrière en quasi fin du morceau.

Vient en suite le morceau « A rites of passage » morceau et single de cet album, pas le meilleur morceau de l'album, mais qui est simple et efficace sans fioritures, ensuite « Wither », ballade nous rappelant l'époque « d'Images & words » avec le titre « Another day » ce titre dégage une émotion intense et se laisse écouter avec légèreté. Après ces 3 premiers morceaux nous arrivons sur ce que je vais appeler la 2ème partie de cet album avec «  The shattered fortress » qui n'est pas moins que la suite de la fameuse série de titres sur les AA (Alcoliques Anonymes) dont, « The glass prison », « Repentance ». :; le morceau nous replonge dans cet univers qu'a connu Mike Portnoy lors de sa desintox, dans une ambiance sombre et glauque de cette musique.
Et nous voilà encore dans une phase difficile de la vie de Mike Portnoy avec le titre « The best of times », qui nous fait voyager dans une intense énergie d'émotion que le batteur a su réussir à faire passer dans ce titre et arrive presque à nous faire tomber une larme au coin de l'il sans compter qu'enfin Jordan Rudess utilise le grand piano. Et le pire c'est qu'ils enfoncent le clou avec « The count of Tuscany », morceau qui nous envoie à un moment un magnifique passage pink floydien et nous achève avec un final des plus intenses et aériens, rarement vu chez Dream Theater.

Que dire de plus si ce n'est que même si des gens n'aiment pas la voix de James Labrie le chanteur arrive ici à donner des frissons dans le dos avec sa voix sur certains passages de « The best of times » et « The count of Tuscany ». Seul bémol : Mike Portnoy qui s'essaye au chant guttural depuis un petit moment et devrait laisser ça à un guest.

Apres un « Systematic chaos » un peu bancal, Dream Theater a réussi à corriger cette erreur avec « Black clouds & silver linings » en s'essayant à de nouvelles expériences simples mais très émouvantes. Je conseille vivement d'acheter cet album très rapidement.

Le site : http://www.dreamtheater.net + http://www.yourmajesty.net + http://www.myspace.com/dreamtheater

Emmanuel

 

 

Meet us at  :





Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 




Design : www.essgraphics.fr