Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)



ENDEVERAFTER
" Kiss or kill "

E N D E V E R A F T E R   K i s s   o r   k i l l
Powerage Records

Natifs de Sacramento, les musiciens composant Endeverafter sortent (enfin) leur premier album. Formé en 2004, le groupe n'a effectivement qu'un EP a son actif, la prémisse d'un opus complet n'ayant jamais pu voir le jour commercialement parlant jusque là. Pour autant, les américains n'ont pas attendu pour tenter de se faire connaître, même sans galette comme appui. Et ce, grâce à deux titres principalement. L'un, « No more words » est choisi par le célèbre catcheur Jeff Hardy comme musique d'introduction. Le second, « I wanna be your man » aura certainement plu à de nombreux guitaristes virtuels sur Guitar Hero (US) ou Rock Band 2.

L'entrée en matière de « Kiss or kill » est tout simplement phénoménale. « All night », « Baby baby baby » et « Gotta get out » introduisent ce premier opus d'une façon remarquable. Ces trois titres bourrés d'énergie mettent en avant l'originalité du style employé, ou du moins le mélange de styles. Car effectivement, les californiens trouvent leur point fort dans leur capacité à allier un fond orienté « modern rock » avec de nombreux passages beaucoup plus heavy mélodique. Imaginez donc un hybride moitié Mötley Crüe, moitié Fall Out Boy. C'est un peu ce que m'inspire le rendu d'Endeverafter.

De façon analytique, le savant mélange se compose, d'une part, d'une musique rock dans l'air du temps, très moderne, que ce soit dans les sonorités ou le type de compositions. D'autre part, les américains ont tenté, avec des résultats plus ou moins concluants, d'allier à ce modern rock des passages, notamment des solis, typés heavy metal, avec un toucher digne des plus grands. En cela, les monologues de gratte sont époustouflants sur des titres comme « Baby baby baby » ou encore « Poison ».

Le niveau redescendra cependant un tantinet sur le reste du disque, avec tout de même « Road to destruction » et « Slave » se révélant comme des compositions séduisantes.

Pourtant, il subsiste un petit bémol au milieu de cette avalanche de qualités. L'alchimie entre différents registres qui fait toute l'originalité et qui donne tout son sens à la musique d'Endeverafter ne prend pas à tous les coups. L'inspiration des groupes de heavy mélodique est bien présente, indéniablement, et ce n'est pas un problème. Cela en devient un lorsque les américains usent de cette inspiration à tort et à travers, quitte à fusionner un passage heavy sans aucun rapport avec le reste de la chanson.

Personnellement, et ça n'engage que moi, le rendu me parait tellement intéressant et rafraîchissant que je ferme aisément les yeux sur ce petit défaut de fabrication.

« Kiss or kill » est une très bonne surprise en cette période de disette pour le heavy métal américain. Cet album pourrait être une transition idéale pour faire découvrir ce style à un jeune public plutôt adepte d'un rock plus « soft » et simpliste, n'ayant pas eu le bonheur de connaître les heures de gloire des Maiden, Black Sabbath ou autres.

Le site : www.myspace.com/endeverafter

Xavier

Meet us at  :





Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 

Design : www.essgraphics.fr