Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)
 
                                                                                                                                                                
 



KILLSWITCH ENGAGE
" Killswitch engage "

K I L L S W I T C H   E N G A G E Killswitch engage
Roadrunner records

En voilà un gros dossier, un groupe capable de déchaîner les passions ou de provoquer railleries et autres moqueries. Killswitch Engage on l'aime ou on le déteste mais on ne peut pas passer à côté sans y jeter une oreille. Une chose est sûre, et même si certains ne seront pas d'accord, on se doit de respecter la formation américaine qui était précurseur de ce qui est devenu un style en déclin, mais pas mort : le metalcore !

En 2002, la plupart des mauvaises langues qui crache aujourd'hui sur le groupe, se prenait une grosse tatane dans la tronche avec « Alive or just breathing ». Cet album est considéré par les « true fans » comme le meilleur et je suis presque d'accord avec eux. A l'époque, le metalcore n'en était qu'à ses balbutiements et il apportait une touche de fraîcheur dans la planète métal. S'en suit l'arrivée au poste de chanteur de Howard Jones qui marqua le début de la métamorphose. A partir de « The end of heartache », Kse se transformera en une belle machine de guerre pour fan de « easy listening ». Les refrains en voix claire deviennent quasi omniprésents et le groupe enchaîne les hits mémorisables pour une efficacité redoutable en live. Kse venait de devenir le champion du metalcore FM. « As daylight dies » sorti deux ans plus tard enfonça le clou une bonne fois pour toutes. Kse s'est définitivement rangé dans un style qu'il a presque lui-même créé et ce nouvel album éponyme ne va pas changer la donne. Pour ceux qui espéraient un retour à quelque chose de plus couillu, ils peuvent déjà arrêter leur lecture.

Voila l'épreuve du fameux album éponyme, à croire que chaque groupe est obligé d'y passer un jour, bref c'est un autre débat… . Pour ceux qui ont accroché à l'album précédent, il n'y aura pas de déception possible. On prend les mêmes et on recommence. Tu recherches de la nouveauté ? Perdu ! Tu espères que pépère Howard gueule un tantinet plus ? Dans l'os et bien profond l'ami ! Tu veux du hit et rien que du hit ? Jackpot ! Il faut s'y faire une bonne fois pour toute, le Kse de 2002 est mort et bien mort. Celui de 2009 a conquis un public tellement impressionnant qu'il serait absurde de changer la recette magique et il faut l'accepter tel quel. On retrouve donc les innombrables refrains miaulés plus ou moins réussis (« A light in a darkened world » est une vraie catastrophe), du riff simpliste dénué de solos, des compos toutes taillées pour un single potentiel même si certaines se détachent du lot. Si le début de l'album est plutôt bon, avec de bonnes variations de tempos, la deuxième partie s'essouffle un peu. Pourtant les titres sont aussi bien foutus que les autres, mais la stagnation flagrante du groupe depuis deux albums commence à lasser. On arrive vraiment au point de non retour et on se met à espérer (voire prier) que dans le futur, Kse trouve le moyen de se remettre un poil en question. Les ¾ des titres passeront l'épreuve de la scène avec succès : « Never again » et « Reckoning », deux titres agressifs, le single (très typé BFMV) « Starting over » ou encore la pseudo fausse ballade « The return » ne demande qu'à se fondre dans la liste déjà longue en hits. C'est bien foutu, certes… .C'est accrocheur, c'est bien produit, ça sent bon le drapeau aux 50 étoiles, c'est parfait pour l'été, ça passe comme une bonne glace à la vanille, mais… car oui il y a un mais ! Si Kse ne se bouge pas un peu le popotin la prochaine fois, la plupart vont commencer à trouver que le menu est le même à chaque Thanksgiving et frôleront le dégout. Comment se réjouir d'un album qu'on connaît déjà sans l'avoir écouter. Je veux croire que le groupe n'est pas arrivé à son potentiel max, mais je commence à en douter.

Un album classique et donc réussi pour Kse. La mission « Pondre des hits par douzaine » est un véritable triomphe, mais est entaché par la vilaine sensation que le groupe est déjà arrivé aux limites de ce qu'il pouvait faire de mieux. Dans le futur on ne peut plus s'attendre à un album novateur. Entre déception et réussite, ce nouvel album est j'espère la fin d'un cycle, mais bizarrement, je n'y crois plus. Allez, faites moi mentir dans deux ans et je ferai mes plus plates excuses. Dans le cas contraire, ça peut saigner sur le papier.

Le site : www.myspace.com/killswitchengage

Jerem13

 

 

 

Meet us at  :





Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 




Design : www.essgraphics.fr