Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)
 
                                                                                                                                                                
 



SALTATIO MORTIS
" Wer wind saet "

S A L T A T I O   M O R T I S   W e r  W i n d   S a e t
Napalm Records


Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi Napalm dépense ses sous pour promouvoir ce genre d'album ailleurs que dans les pays germanophones? Sincèrement, je ne pense pas qu'il faille commander une étude de marché particulièrement poussée pour se rendre compte que ce «Wer Wind Saet» ne va rapporter que des clopinettes ailleurs qu'en Allemagne. Je veux encore bien imaginer (en y mettant beaucoup de bonne volonté) que les régions frontalières de France, Belgique et du Luxembourg puissent écouler quelques exemplaires du nouveau Saltatio Mortis mais au-delà personnellement je n'y crois pas trop. En tout cas, je ne miserai pas un kopeck sur les chances de Saltatio Mortis d'envahir les lecteurs des auditeurs francophones. Si on excepte Rammstein (qui ne remerciera jamais assez David Lynch), les groupes germanophones ayant choisi de s'exprimer dans leur langue natale ne provoquent chez moi qu'interrogations et incompréhension, au point où j'en arrive systématiquement à me dire que la culture de nos cousins germains me restera indéfiniment inaccessible. Qu'est ce qu'un album aussi pauvre musicalement que ce «Wer Wind saet» (et dont l'intérêt doit donc être cherché ailleurs) peut provoquer comme réaction chez un auditeur hermétique aux richesses de la langue de Goëthe. Sincèrement poser la question, c'est y répondre.

Autre mystère de la création, je m'interroge encore sur les raisons qui ont poussé ces nombreux musiciens (ils s'y sont mis à huit pour nous pondre ce truc…ou est-elle la rigueur et l'efficacité Teutonne dont on nous a tant vantés les mérites ?) à reprendre avec l'accent de la bas « La Jument de Michao», vieille chanson bretonne (si je me souviens bien) déjà bien martyrisée par les infâmes Manau. Ici, on quitte la dimension infâme pour rentrer dans la catégorie ridicule. Désolé, j'ai fais le tour de la question, j'ai écouté cet album à des moments différents et selon des humeurs différentes et tout ce que j'en ai retiré c'est un ennui insondable.


Le site http://www.saltatio-mortis.com  +  http://www.myspace.com/mittelalterpunk

Jordy

Meet us at  :





Adresse :
ULTRAROCK
13 avenue Charles De Gaulle
escalier D
78320 Le Pecq - France

E-mail: ultrarockcontact@free.fr                 




Design : www.essgraphics.fr