Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




ATHORN
" Phobia "

ATHORN Phobia

AFM Records

Mais qu'en voilà de beaux débuts! A peine les gars de Athorn ont-ils en boîte une démo de 4 titres que AFM les signe, et, un an plus tard, les allemands nous proposent leur premier album, reprenant deux titres de la démo et proposant une production plus que professionnelle pour une musique au caractère assez prononcé.

Alors, prononcé, certes, mais pas si simple à définir. AFM parle d'un « Sanctuary moderne » à propos de ses poulains mais il convient de reprendre les choses du début. On dira que Athorn joue du « métal moderne » mais, comme toutes les dénominations actuelles, celle-ci est plus une boîte de rangement par défaut. Ce qui est sûr, c'est que pour les définir il faut regarder plus en arrière, car la base de leur musique est finalement Power dans la matière et Thrash dans l'aspect (aspect courant outre-Rhin), et que cette base va plutôt puiser chez Nevermore par exemple. La brutalité de l'interprétation posée sur cette base classique produit cet effet « Métal moderne » qui emprunte un peu à Trivium (pour l'agressivité), un peu à In Flames (pour les sonorités), mais résulte au final d'un mix personnel, qui inclut vocaux moitié mélodiques (à la ricaine, type Linkin P*** - censuré) moitié growlés (tendance Death pour les lignes et parfois Black pour les harmonies juste tendance, hein) par un chanteur qui aurait toute sa place dans Iced Earth. Les guitares sont ultra-techniques, que ce soit en solo ou en accompagnement (le riff étonnamment Hard de « A matter of time », le génial travail en intro de « After the end », jusqu'à la rythmique basse/guitare de « The ferryman »), omniprésentes, et intarissables. Les rythmiques sont, encore une fois, simplement Heavy à la base, mais bourrinées autant que possible, autre élément actuel. Bourrin mais pas gratuitement, en témoigne la batterie du morceau-titre... Voilà donc le portrait d'un groupe actuel et se voulant comme tel (les éléments les plus marquants étant volontairement appuyés, particulièrement le côté américain et les contrastes mélodie/brutalité, comme l'on aime outre-atlantique), mais avec toujours un pied dans la tradition, et c'est ce qui fait le caractère dont je parlais. En allant plus loin, on peut déceler la part de ce côté traditionnel dû au background musical des membres : les morceaux les plus trad' trahissent en effet leurs influences Heavy par leurs rythmiques ternaires (« Humanize the demon » et une partie du morceau-titre), des mélodies plus diluées dans la rythmique et un aspect plus puissant qu'agressif. Quoi qu'il en soit, le résultat a une gueule assez marquée et, lorsqu'il fonctionne, fait mouche : « Humanize the demon » et « From beyond » brillent par le mariage qu'ils réussissent entre les ressources différentes à leur disposition, le premier dans un cadre traditionnel et le second dans un cadre moderne. Malheureusement, ca n'empêche pas la formule de connaître des ratés : la violence du chant peut gâcher le travail d'ambiance de la guitare (« From beyond »), de même qu'un refrain trop mélodique peut ôter leur force à des couplets agressifs (« After the end »). Le début du morceau-titre montre aussi le peu d'élasticité à la disposition de la formation, peinant autant vocalement qu'instrumentalement sur ce registre plus calme... Enfin, malgré ce caractère très marqué, le groupe prend peu de risques. Quoi qu'il en soit, on appréciera quand même les quelques moments de liberté distillés comme l'expressivité du prélude du morceau-titre, les différentes parties de celui-ci, les quelques éléments Hard voire Glam moderne détonants dans « A matter of time », ou encore l'atmosphère créée par la guitare pour « From beyond ».

On ne se lasse en tout cas pas au long de l'écoute, tant cette musique est fraîche. Mais, tout du long, cette fraîcheur est entamée par le déséquilibre souvent forcé de la balance vers le côté agressif, ce qui laisse comme un goût de frustration, de ne pas aller au bout de certaines choses, un côté Heavy peut-être pas original mais toujours efficace lorsque le groupe l'exprime. Il convient bien-sûr de relativiser, tant le champ de Athorn est large et tant le groupe a à proposer au sein de cet album, leur premier, rappelons-le, amorçant sans aucun doute une carrière assez remarquable.

Le site : www.athorn.de  + myspace.com/athornband

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr