Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




CHRIS LANEY
" Only come out at night "

CHRIS LANEY Only come out at night

Metal Heaven

Chris Laney, c'est qui ? Un guitariste et chanteur suédois qui a participé à divers groupes que vous risquez de ne pas connaître, mais c'est aussi un compositeur, ayant livré un premier album solo l'année dernière, et surtout un producteur des Polar Studios, où, cette même année, il a fourni un sacré travail de mixage (Heat, le Live de Europe), enregistrement et mixage (Brian Robertson de Thin Lizzy et Motörhead, Candlemass – grammy suédois pour Death Magic Doom), production et mixage (Casablanca, Crazy Lixx)... Tout ceci lui a permis de se doter d'un petit carnet d'adresses qu'il a su exploiter pour ce second album solo, dans la droite lignée du premier mais riche en invités de marque : Brian Robertson, Bruce Kulick (Grand Funk Railroad et Kiss), et des compatriotes comme Conny Bloom de Hanoi Rocks, Ian Haugland de Europe, Nalle Pahlsson de Therion ou encore Zinny Zan.

Tout ce beau monde ne fait néanmoins pas dériver d'un iota la trajectoire musicale de Chris : sa musique a beau être personnelle, elle ne va pas moins puiser dans des sources très claires. Le morceau-titre qui ouvre l'album nous présente une composition bâtie sur une excellente rythmique mais bêtement Heavy mélodique, à grands renforts de basse et soutenue par une excellente batterie. Là-dessus nous avons un chant à l'esprit attaquant et moderne, soutenu par des chœurs franchement eighties, à la limite du Glam. Le tout est richement orchestré, et, pour ce titre-ci, parvient même à insérer dans ce morceau très Hard 80s des sons « world ». Mise à part cette particularité, nous tenons là les grandes lignes de « Only come out at night », tellement grandes en fait qu'elles sont applicables à la quasi-totalité des titres. La basse est toujours extrêmement présente, le chant toujours aiguisé, les chœurs Glam et les guitares Heavy (plutôt allemandes pour « Love so bad », plus speed sur « Gotta run » et parfois plus lourdes). A peine parfois troquent-elles les riffs Heavy pour du Hard Rock (« Crush ») ou, à l'occasion de morceaux plus calmes, des plans très Whitesnake (Is This Love pour « One kiss tonight », Love Ain't No Stranger pour « Playing with fire »). D'ailleurs, vu la piètre qualité de ces deux derniers titres, sans doute Chris a-t-il raison de s'en tenir à sa formule standard, tant « One kiss tonight » est ridicule de « eightiesitude », ou encore la pseudo-ballade « B4 it's 2late » proche des pires fadesses Power scandinaves (et dieu sait s'il y en a). En s'en tenant à ce mélange de rythmiques Heavy et mélodies Hard, donc, on peut au moins saluer le côté moins lisse de la voix de Chris (sachant aller de la sécheresse quasi-punk de « Crush » à la mièvrerie malheureusement dans le ton de « One kiss tonight »), les très prenantes rythmiques des guitares et la basse indispensable (que serait « Eyes out poppin' » sans son groove ?), ainsi que les rares et courts mais parfaits soli (citons « Eyes out poppin' » et « Love so bad » quasi-shred). Sinon, rien de bien louable : le côté 80s est bien trop appuyé (dans les chœurs, les claviers, le son...) et la diversité absente (excepté « Daydream » qui conclut l'album, composition malgré tout en dessous de la moyenne). Ah si, deux mots quand même des excellentes orchestrations qui fonctionnent jusque sur les pires morceaux (très très réussies : elles sauveraient presque « Eyes out poppin' » et « Daydream »).

Chris s'accroche peut-être trop à sa recette, qui n'est pas inintéressante, avec son mélange de racines eighties et de chant beaucoup plus moderne, mais qui ne fonctionne pas tant que ça. C'est fort dommage car il s'agit d'une vision personnelle, et cela se ressent d'un bout à l'autre de « Only come out at night ». Mais c'est l'un de ces disques qui défilent sans qu'au final un morceau vous ait particulièrement accroché. Et vu les similitudes avec sa première œuvre, Chris ne semble apparemment pas désireux de rectifier son tir... Dommage, encore.

Le site : chrislaney.com/ + myspace.com/chrislaney

the_outcast

 






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr