Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




GANG
" V "

GANG V

Emanes Metal Records

Pour resituer brièvement l'histoire de Gang qui est un quintette français (cocorico) originaire de Champagne-Ardenne, il faut remonter à 20 ans ! Et oui, on y est. C'est donc avec ce cinquième album appelé sobrement « V » que le groupe fête sa double décennie. L'attente est généralement longue entre chaque opus, mais le résultat excuse le plus souvent ce détail de « timing ». Si l'on veut placer Gang dans une case, ils se définiraient comme faisant du « Thrash métal » avec une pointe de Heavy. Leurs précédents albums ont montré une certaine régularité dans leurs compositions mais avec ce dernier, plusieurs influences pointent leurs nez.
Le son nous conduit tout droit dans un retour aux 80's avec un son à la Slayer ou Motörhead, et c'est tout le charme de « V ».
L'album s'ouvre sur une introduction torturant notre imaginaire, nous envoyant dans les ténèbres, puis arrive le morceau « Never Enough » avec une bonne mise en bouche bien légère, souple, avant que la voix ne prenne le dessus et explique clairement dans quel domaine Gang veut nous emmener : des riffs rapides, carrés, accompagnés d'une voix saccadée aigüe et forte. On peut y trouver des intonations de James Hetfield (Metallica), c'en est même troublant parfois.
Le titre « Sacrifice » perd de sa force car ce dernier est chanté en français, alors que musicalement il est parfaitement construit et aurait même pu devenir un hymne.
On enchaine avec « Kill me » qui va titiller les plates-bandes de la « ballade », ce qui permet aux oreilles de se reposer un temps. La voix est réellement mise en avant ici avec un refrain tirant vers le lyrisme.
Le morceau suivant intitulé « Into the silence of the sea » nous rappelle un certain Rob Halford qui avait assommé tout le monde avec l'exécution du titre Painkiller. Le titre « Skull's out the genocide » est certainement le tube de l'album oscillant entre un Slayer et un Metallica. Les grattes ont un excellent riff de base et la batterie frappe parfaitement là où il faut, la voix est dosée et le tempo vous entraîne tout le long du morceau. « Overdose »incorpore des samples de télé (secret story par exemple) mais du coup, l'intro est complètement ratée, on a du mal à rentrer dans le morceau. « Heavy metal fever » nous offre, quant à lui, un petit solo qui fait plaisir et qui manquait à cet album, des temps de repos sans vocalises.

A la fin de l'écoute, on se dit que, finalement, ces 20 ans sont passés vite et que le groupe a mûri et a réussi à sortir un bon album sans défauts majeurs, que ce soit sur l'écriture ou sur la production. On oscille donc entre Thrash, Heavy et NWOBHM, avec un son de la fin des années 80 - début 90 parfaitement maitrisé, sans tomber dans le cliché du plagiat.

Le myspace : http://www.myspace.com/gang51

Mélou






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr