Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




H.E.A.T.
" Freedom rock "

H.E.A.T. Freedom rock

StormVox

H.E.A.T. est relativement un nouveau-venu sur la scène musicale, n'ayant pour l'instant proposé qu'un seul album, en 2008. Mais il paraît que leur musique marche bien à la maison chez ces compatriotes de Europe, leur AOR ayant largement envahi les ondes là-bas... Ils n'ont en tout cas pas perdu leur temps pour nous proposer dès maintenant un successeur à ce premier coup d'essai : Il s'appelle « Freedom rock », et on s'attend à le voir cartonner au pays du Décompte Final, où le sextette a de plus en plus le vent en poupe... Figurez-vous qu'ils ont même réussi à se payer un duo avec Tobias Sammet sur ce disque-là !

H.E.A.T. œuvre donc comme nombre de ses compatriotes dans le registre 80s-nostalgia. La musique est FM, très mélodique, et eighties en diable. Je ne sais pas ce qui ressort le plus de tout ça, la mélodicité ou le rétro... sans doute ce côté « pompier » des années 80, ces chœurs et claviers à gogo, ces rythmiques pétardantes et ces accords assommants. Car le groupe ne fait pas dans la dentelle en effet, et tous les clichés sont repris, à l'identique. Prenons les choses dans l'ordre : les compos ne sont guère que du Rock, parfois à tendance Pop (voir « Beg Beg Beg », « I know what it takes » ou « Who will stop the rain »). Dans tout cela, on injecte cette gonflette eighties faite de claviers et chœurs Glam, qui envahissent ici nombre de morceaux : « Stay 2010 », « Nobody loves you like I do » ou pour les claviers « I know what it takes » sont particulièrement éloquents. A part ça, malheureusement c'est tout. L'objectif est de coller le plus possible à l'original, voire accentuer tous ses travers même les plus grossiers. Défi relevé. Le chant et très/trop scandinave, à savoir mou et imprécis. L'instrumentation, elle, est de meilleur niveau (belle guitare sur « Danger road »), mais ne décolle jamais de sa ligne pré-tracée (« Nobody loves you like I do », « I know what it takes » et la majorité des morceaux bénéficient de soli du même niveau mais dont pas un ne vous emportera). Nous noterons tout juste la guitare plus mordante de « Beg Beg Beg » un peu Hard Rock (à la AC/DC), les quelques notes à la Knopfler de « Who will stop the rain » étant bien peu de choses face au déjà-vu de ce morceau. Pour la basse, son seul fait d'armes est de teinter de Glam « Cast away » et « Who will stop the rain », car comme vous l'aurez remarqué les Scandinaves aiment ignorer la différence entre AOR et Glam 90s. Sinon, « au Nord rien de nouveau », la même recette. Beaucoup de Mid-tempo (« Everybody wants to be someone », « I know what it takes », « Who will stop the rain »...), des balades ratées (« Shelter »), des morceaux où l'on se donne à fond mais qui refusent obstinément de démarrer (« Nobody loves you like I do ») etc. Aller je vous passe tout ça, on retiendra « Everybody wants to be someone » qui, je ne sais pas pourquoi, fonctionne (sans doute car c'est du FM 80s et non de la caricature de FM 80s comme le reste), et « High on love » qui est – oh miracle – originale, oui : du 80s neuneu certes mais sur un rythme de Texas Shuffle !

Un disque qui laisse rêveur... moi, à chaque sortie de ce type, je deviens philosophe et me met à songer au Hard Rock dans son ensemble... où allons-nous ? La majorité des sorties actuelles est de cet acabit : ça les amuse tellement de refaire ce qui était déjà discutable dans les 80s mais en pire ? Au moins, à l'époque ça avait un sens, c'était nouveau, c'était frais, ça avait sa place dans le contexte de l'époque, c'était fait par des musiciens et producteurs hors-paire, ça amenait du fun et de la légèreté dans un style très dur... Aujourd'hui je ne vois pas, non, je ne vois pas le MOINDRE intérêt à refaire ça – non, pas ÇA mais une CARICATURE de ça. Tout est poussé à l'extrême dans le mauvais goût, les claviers sont plus gnan-gnan que jamais, la voix plus ridicule, les pseudo-chanteurs de plus mauvais goût... bref, il vaut mieux fermer les yeux et ne pas se demander à qui s'adresse tout ce marché (car marché il y a). Pas aux nostalgiques, j'espère.

Le site : www.heatsweden.com + www.myspace.com/heatsweden

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr