Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




RICKABILLY TRIBUTE
TO THE HELLACOPTERS
" Daning On Your Graves "

ROCKABILLY TRIBUTE TO THE HELLACOPTERS Dancing On Your Graves

Wild Kingdom

Le titre n'est pas une blague. Ce disque est bien un tribute Rockabilly aux Hellacopters... Le coupable n'est autre que Carl-Markus Gidlöf, amateur de covers s'étant déjà attaqué à d'autres formations Hard Suédoises comme Turbonegro, victimes d'un « tribute » lounge... Ici le choix du style arrachera peut-être moins de cris d'horreurs mais laissera tout de même perplexe. Il faut croire que 2 ans, depuis le split des Hellacopters, c'est bien frais, et la digestion de leur séparation demandera sans doute encore un peu de temps avant que certains ne cessent de s'acharner sur eux.

Bon, passé l'effet de surprise et/ou incrédulité, décidons-nous à écouter l'objet. Carl-Markus s'est attelé à réunir pour l'occasion les formations les plus représentatives de la scène rockabilly suédoise, qui, pour ceux qui ainsi que moi la découvrent, se révèle assez étendue et variée. En témoigne la diversité des reprises ici proposées. Commençons par les « puristes » : les Camtwisters, qui ont l'honneur d'ouvrir la fête, le font avec une reprise sacrément punchy pour du rockabilly de « Gotta get some action », en jouant la carte roots, particulièrement au niveau du chant, plus typé sudiste qu'autre chose. Les Ragged Bones, qui leur font suite, sont un peu dans la même logique avec leur « 24h hell », mais plus dans le Country (son inclus), et avec un résultat beaucoup plus crédible niveau chant. Pour les Absints et leur « No one's gonna do it for you », le mot d'ordre est « rétro » sur toute la ligne, de la partie mélodique au solo, et ce avec une réussite totale au niveau de l'instrumentation... Pour le « No angel to lay me away » des High-Jacks ca serait plutôt « american sound », plus précisément Blues Rock mais décidément 'ricain ; et pour les Jukebox et leur « By the grace of God » on est encore plus dans le purisme, ou plutôt les purismes tant la guitare tend vers la rythmique et surtout les sons début 60s d'un Johnny Kidd alors que le chanteur est de plein pied dans la grande époque du Rockabilly des eighties. Autre dichotomie pour « Everything is on TV » proposé par les Hellbilly Boys entre son 80s, guitares Shadows et voix plus moderne, le tout traversé d'un rapide break 100% western ; et encore autre chose pour « Toys and flavours » par le Robbans Rockabilly Circus qui coince un solo vraiment rockabilly entre un chant 80s qui ne l'est pas vraiment et un rythme plus « The passenger » que rockabilly ; alors que les Rockabillians, pour « Before the fall », nous font une sauce Chuck Berry, ne serait-ce la voix... Autrement dit, il y a à boire et à manger. Et pour compléter le menu il y a ceux qui choisissent la carte de l'hommage, généralement par le biais d'un son Garage : Les Eyeballin' Torpedoes, avec « No song unheard », délivrent un Rock Garage à la guitare approximative mais cependant chanté d'une voix typée Rockabilly, elle. Ce sont également eux qui interprèteront « It might mean something to you » avec le même son mais, malgré un côté rétro, une voix ici théâtrale plus évocatrice des Cramps, pour un résultat choisi comme single promotionnel de l'album. Pour les Astrolites, c'est le Punk qui envahit « Riot on the rocks », de la voix aux guitares. Même le solo est plus Rock'n'roll que Rockabilly, ce qui ne l'empêche pas de fonctionner, même mieux que ce final ultra-punk... Pour chercher des tentatives plus convaincantes, il faudra plutôt attendre la reprise de « Carry me home » par Tommy Love qui propose une sorte de Lou Reed interprétant du Johnny Cash... Autrement plus intéressant que le rockissime « Freeway to hell » des Knockouts. Quoi qu'il en soit, au bout de ces 13 titres on a quasiment brossé le tableau de toutes les tendances de cette scène.

Cet album est d'ailleurs sans doute plus intéressant en tant que portait du Rockabilly suédois qu'autre chose, tant ce genre de projets incongrus soulèvent la question « mais ca sert à quoi? », règle à laquelle n'échappera pas « Dancing On Your Graves » sans apporter plus de réponse à la question. Il lui manque d'ailleurs à quelques exceptions près une interprétation vraiment habitée ou marquante d'un quelconque titre des Hellacopters, qui lui aurait permis de capter notre attention par l'ingéniosité d'une reprise ou la simple surprise d'une « redécouverte » d'un classique du groupe comme de rares interprètes sont capables d'en proposer. Non, le disque se contentera de vous captiver le temps de son écoute par cette image d'une scène musicale insoupçonnée mais pourtant variée, souvent fraîche et parfois étonnante, la quasi-totalité les groupes parvenant à livrer un résultat crédible même si vous n'y adhérerez généralement pas.

Le site : facebook.com/group  + myspace.com/hellacoptersagogo

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr