Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




HELLFUELED
" Emission of sins "

HELLFUELED Emission of sins

Black Lodge Records  

« Emission of sins »... Sous une pochette au look traditionnel de Henke Walse se cache la production d'un groupe certes nourri de Hard Rock traditionnel mais bien loin de toute référence retro. Quatrième album de Hellfueled depuis 2004, « Emission of sins » ne révolutionne certainement pas la recette Hard 'n' Heavy du quatuor suédois, loin de là, mais marque tout de même une certaine volonté de leur part à aller de l'avant. Premier changement notable, « Emission of sins » n'est pas produit par Frederik Nordström, architecte principal du son de Hellfueled (ainsi que d'un nombre indécemment élevé de leurs compatriotes de la même génération), mais Rikard Löfgren... Qu'est-ce à dire? Se seraient-ils lassés du bon vieux son Heavy? Certes non, comme je vous le disais, « au Nord, rien de nouveau », mais le désir de (mini-)cure de jouvence se fait sentir.

Alors qu'en est-il de l'album? Les ingrédients des précédentes livraisons sont toujours présents, à savoir essentiellement la voix aux intonations Ozzyesques de Alkman soutenue par les riffs nourris à la graisse de Zakk Wylde de Lundgren (on se demande d'où leur est venue cette idée de combinaison) dans le cadre de compos pachydermiques Pantero-Downiennes. Mais ici rien de « southern » ou autre trademark « vintage » des groupes sus-nommés, on a le pied dans la modernité (pour ne pas dire les deux) : on a écouté Soundgarden au lycée, Alice In Chains à la fac (ou au lycée pro, que sais-je, nos quatre compères viennent tout de même de Huskvarna, bled paumé s'il en est...) et ça se ressent. L'esprit Grunge est présent (les morceaux sont d'ailleurs généralement courts et ramassés, et les soli clairsemés) et le son moderne bien que toujours massif vient souligner cette volonté.

Peu de morceaux se démarquent de cette formule, invariablement constituée de 1- un riff lourd (« Am I blind », « A remission of my sins », « Save me »... sur « Where angels die » il flirte presque avec Black Sabbath), 2- un tempo Heavy (« Am I blind? », encore plus sur « I'm the crucifix »), 3- un refrain mélodique (voire harmonisé comme pour « Am I blind? »). On pêche donc en territoire connu, et les écarts sont rares : la dimension plus obscure de « I'm the crucifix » se limite à son intro, « Save me » est à peine plus Hard, « Stone by stone » plus speedée, le quasi-Pop Rock de « In anger » n'est pas nouveau... Ce serait plutôt les arrangements de Lundgren qui montreraient une certaine recherche : les riches lignes de « In anger » rappellent Slash, celles de « Lost forever » indiqueraient une (bien que légère) curiosité de sa part pour le Prog', et même ses parties traditionnelles comme pour « Save me » ou encore « A remission of my sins » marquent un raffinement certain de ses vieux plans groovy et nerveux.

Hellfueled en veut, donc. Mais qu'en est-il du résultat? A part le fait que la recette scandinave se fait évidement vieille, la sauce Hellfueled tourne parfois au vinaigre : leurs refrains mélodiques trouvent souvent mal leur place sur leurs rythmiques lourdes (celle de « End of the road » ne veut PAS de ton chant, Andy, elle te le dit clairement), et d'autant plus lorsque les premiers sont chiants (« For my family and satan »). Mais malgré ce défaut souvent fatigant, reste que Hellfueled a tout compris au bon vieux rythme Heavy et que, celui-ci restant à la base de sa musique, on renversera plus d'une bière sur cet album. Keep Walking.

Le site : http://www.hellfueled.com + http://www.myspace.com/hellfueled

the_outcast

 

Meet ULTRAROCK at  :






E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
      
Design
: www.essgraphics.fr