Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




HORN OF THE RHINO
" Weight Of Coronation"

HORN OF THE RHINO Weight Of Coronation

Doomentia Records

Horn Of The Rhino n'est autre que le groupe espagnol Rhino après une petite bataille juridique qui aura eu raison du patronyme sous lequel il a pourtant publié ses deux premiers albums, en 2007 et 2008, l'obligeant, à l'instar d'un Rhapsody, à le rallonger afin de ne pas empiéter sur les plates-bandes d'une précédente formation officiant sous ce nom. Sauf que Rhino n'est pas Rhapsody et que la procédure prend un aspect plus mesquin à l'encontre de ce groupe... Mais il faut bien ce qu'il faut, voilà. Pour ceux qui ne connaissent ni Rhino ni Horn Of The Rhino, disons que le groupe est connu pour officier dans un genre Doom fortement teinté de Thrash, et que, pour ce troisième opus, et bien ils remettent le couvert en simplement plus lourd et, consciemment ou non, levant le pied côté Thrash.

En effet, c'est un aspect Stoner qui parlera à vos oreilles avant le Thrash. Stoner dû au côté roots assez prononcé, assez traditionnel (orgue Hammond pour le génial « Sovereign »), et au ton souvent typé Américain du vocaliste. C'est le caractère dominant de pistes comme « Speaking in tongues », « Brimstone breath » (sur lesquelles « Sabbath Bloody Sabbath » et « Into The Void » viennent respectivement à l'esprit), ainsi que « Sovereign » et le morceau-titre en ce qui concerne le chant (à la chaleur presque sudiste pour « Sovereign » ou « Crushed and dragged to the swamp »). Celui-ci se fait beaucoup agressif sur un nombre presque équivalent de pistes (« Throats in blood », « Southern beast »), gardant ainsi un minimum de violence Thrash, mais dérivant parfois vers un simple Metal moderne, voire évoquant le Grunge...
Pour le reste donc la majorité de l'album c'est le Doom qui domine, même si chez Rhino il s'agit plus d'un esprit : une lenteur et une lourdeur réellement suffocantes, à gros coups de son crade (voire trop), de rythmiques imprécises (un poil exagérées aussi) et de vocaux très puissants (s'aventurant sur les terres de Glenn Danzig dans leurs moments les plus emphatiques, « Speaking in tongues », « Brimstone breath »...), tout ceci n'étant bien-sûr pas nettement séparé des deux tendances précitées, du moins pas au morceau près. « Du moins », dis-je, car il arrive que l'un empiète de façon un peu dommageable sur l'autre, comme lors de « Throats in blood » où le chant tranchant trouve mal sa place sur la rythmique qui, elle, reste Stoner, boueuse... C'est d'ailleurs le morceau le plus différencié, « Sovereign », qui tire le mieux son épingle du jeu à mon goût... Traditionnel, mélodique et épique d'esprit, la voix chaude de Javier Gàlvez et l'ambiance très réussie qui s'en dégage en font une vraie réussite, même s'il s'agit sans doute d'une des compositions les moins aventureuses.
Mais le côté Thrash et moderne du groupe est justement là pour éviter à l'auditeur de se sentir cantonné à du Doom traditionnel. Cela crée un ensemble assez bien pensé et rarement ennuyeux, les seuls autres points faibles de l'album étant, je pense, la mauvaise maîtrise de l'aspect sale et grossier, peu judicieusement obtenu par une couche de saturation rendant la compréhension hasardeuse, et une imprécision instrumentale surdimensionnée. Mais bon, ces espagnols, il faut toujours qu'ils en fassent des tonnes...

En dehors de ces caricatures et stéréotypes éculés, il y a bien quelque chose d'espagnol chez ce groupe pourtant Doom, sans doute dans l'emphase de son interprétation, qui se trouve être assez bénéfique à cette musique qui est, je le répète, Doom dans l'esprit plus que musicalement. Cette musique est un habile équilibre entre les tendances que je viens de décrire, tellement respecté que Rhino (désormais Horn Of The -) est une curiosité. Ces courants, sans être réellement mixés, cohabitent de manière si égalitaire que le groupe réussit, l'air de rien, ce que pas mal de formations tentent de faire de manière forcée. Et le résultat est d'une efficacité étonnante.
Est-ce la force de « Weight Of Coronation »? Il sait en tout cas rester envoûtant en dépit de tous ses points faibles.

Le site : www.hornoftherhino.com + myspace.com/rhinomotherfuckers

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr