Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




L.A. GUNS
" Covered In Guns "

L.A. GUNS Covered In Guns

Cleopatra Records

Un album de covers des L.A. Guns ? Ils se moquent de moi ? Ils viennent d'en faire un en 2004 ! Ils n'ont vraiment rien d'autre à proposer ? Car, à ma connaissance, entre les deux ils ne nous ont livré que deux lives... M'enfin, passons.
Treize titres, treize reprises, et un résultat, euh... inégal. Oui, c'est bien le mot qui convient. Inégal, tantôt bon, tantôt moins (beaucoup moins), et généralement, euh... moins, malheureusement. Cet album n'a pas grand chose à proposer, avec des versions rarement inspirées, souvent calquées, et pas toujours bien choisies. La plupart des titres sont en dessous des originaux, ce qui nous fait vraiment nous demander ce que diable le groupe peut trouver d'intéressant en proposant « Covered In Guns ».
Détaillons tout de même : la première reprise est « Pour Some Sugar On Me » de Def Leppard. Le résultat est mollasson, le chant de Phil Lewis toujours aussi gênant par son côté strident « scandinave » et le tout est à peine sauvé par les guitares de Stacey Blades. Drôle de choix pour une ouverture d'album... Un morceau ne collant guère au Glam du groupe, un morceau typé 80s à la puissance dure à rendre aujourd'hui, et une reprise qui ne viendrait pas à l'esprit d'un autre groupe comparable... Choix étonnant, donc, mais qui a le mérite d'être révélateur du reste de l'album, car celui-ci sera tout aussi déroutant. Peu intéressant, peu original, et de piètre qualité.
Mais j'ai dit que l'album était « inégal », et non purement et simplement « mauvais », car il a également ses points forts. Je vais tenter de les exposer aussi mais je vous ai déjà prévenus qu'ils sont clairement moins nombreux. Il y a d'abord, heureusement, des reprises réussies, mais c'est généralement plus le fait d'un choix pertinent que d'une réelle interprétation réussie. Exemple : « Rock'n'roll all night » de Kiss dont le caractère léger colle, il est vrai, aux LA Guns. Bien vu. Le chant colle aussi, l'énergie est naturellement rendue et le tout peut ronronner sous la machine LA. Un morceau est même clairement une réussite : « I love rock'n'roll », transcendant. Oui oui je suis catégorique, autant ce disque est tiède autant ce morceau précis pète en plein milieu. La version (celle de Joan Jett bien-sûr) colle à merveille au Glam des LA, le chant trouve plus que jamais sa place, d'autant que Phil l'a fort à propos harmonisé « à la LA  » avec cette outrance propre au groupe, pour un résultat extrêmement vivant... Peut-être la seule interprétation prenante du disque, d'ailleurs.
Car le reste est donc décevant. Mais les points forts, oui, j'ai dit que je les donnerai : il y en a un autre, qui est que le groupe se veut original dans ses choix... Mais au final, ô rage ô désespoir, ca se retourne contre lui : il choisit en effet de présenter une version du « Crazy bitch » de Buckcherry et du « Let it rock » de Kevin Rudolf, donc deux groupes actuels... osé, en effet, mais... non. Vraiment, non. Autant le premier à la rigueur ils mettent le paquet, niveau guitare et son, mais bon c'est du Hard Rock, autant le deuxième eh bien un LA Guns tentant pathétiquement de sonner comme Rudolf eh bien ca ne le fait tout simplement pas. Aucun effort, aucune idée là-dedans, ils ne font que tenter de rendre l'original alors vu le morceau dont il s'agit c'est pathétique. Pathétique, oui, autant j'ai utilisé le terme « transcendant » plus haut autant je dis ici « pathétique », j'ai bien choisi mes mots et c'est pour ca que ce disque est « inégal ».
Dans la catégorie « original » aussi il y a des tentatives de LA-iser d'autres styles : « Check my brain » de Alice In Chains par exemple, sur lequel le chant va encore trouver sa place et sur ce coup c'est bien pensé mais sans pour autant sauver le morceau... Et pour compléter le tableau, le groupe essaie d'enrichir ce panel se voulant toujours original grâce à des morceaux rarement repris, comme « Cry little sister » de Geral McMann (thème d'un film d'horreur des 80s), « Just between you and me » de April Wine (vieux groupe canadien), ou encore « Break my stride » de Matthews Wilder... Et dans les trois cas, autant l'idée de départ est louable, autant le rendu est tellement fidèle qu'il fait disparaître tout intérêt.
Donc pour les tentatives « jeunistes » ou « originales » des LA, c'est « niet ». Le reste ? Et bien il est composé de classiques, donc, et... en fait j'en ai fini avec les points positifs, le reste est uniformément décevant. Mais ne le passons pas sous silence pour autant : « Don't fear the reaper » de BÖC, c'est osé. D'abord parce que un groupe de Glam n'est pas fait pour reprendre du BÖC, ensuite car « The reaper » c'est un morceau ne fonctionnant que grâce à ses arrangements subtils, et ensuite... car BÖC c'est BÖC et mal reprendre un groupe culte (sans jeu de mot) ça ne pardonne pas... et c'est bien ce que font les Guns ! (pardon, disons les LA, il ne faut plus les appeler comme ca depuis '87) avec cette version bancale, faible, au chant inacceptable et à l'instrumentation pauvre. Dans le même genre vous avez « Let there be rock » des frères Young que, franchement, ils auraient dû éviter. Non seulement ils ont la mauvaise idée de le positionner après « Let it rock » au moment où l'on est le moins enclin à toute tolérance envers eux mais en plus reprendre du AC/DC pourquoi pas mais là il s'agit d'une ligne de guitare mythique que personne ne peut reprendre, et d'un chanteur que Lewis ne remplacera jamais.
Stacey a au moins la bonne idée d'essayer de broder autour du thème... Eh oui il y a un minimum de recherche sur 3-4 morceaux... Mais le minimum syndical, donc. Complétons le tableau... qu'ai-je oublié ? Ah oui, « Rock 'n' me » de Steve Miller, pourtant une piste pas décevante. D'abord car c'est une bonne idée, ensuite car un morceau aussi basiquement bon ne peut pas être mal repris. Et c'est vrai que ca vient remettre la machine en route à mi-chemin... Sans doute le morceau le plus frais.

Il y a un morceau rigolo aussi, que je ne peux donc pas blâmer : « Little St Nick » des Beach Boys, tellement dynamité qu'il en devient du Punk US... Tellement pas sérieux qu'on le prend pour tel. Voilà, épargnons celui-là, donc, et concentrons-nous sur le reste. Mais le jugement est sans appel. Il y a de bonnes choses, des choix osés, des reprises réussies, des versions intéressantes (hum, disons plutôt, des éléments intéressants disparates), mais dans sa grande majorité ce disque est inintéressant. Et le pire c'est qu'il s'agit du deuxième qu'ils nous proposent ! Bon Dieu, ça veut dire quoi ça ? Un groupe propose un album de covers dans sa carrière, soit pour rendre hommage, soit pour s'amuser, mais là, c'est tout simplement... pour rien. Pourquoi vous ne composez pas, Bon Dieu? « Tales From The Strip » ça date de quand, déjà ?

Le site : www.laguns.net + myspace.com/lagunsofficial

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr