Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




LETZTE INSTANZ
" Heilig"

LETZTE INSTANZ Heilig

Columbia Records

Groupe allemand déjà vieux de quatorze ans, Letzte Instanz a débuté dans un registre médiéval à la Subway To Sally avec violon, violoncelle et tutti quanti... Si les instruments à cordes sont encore distinguables sur « Heilig », le reste a bien changé... Robin Sohn, chanteur dont l'arrivée marque le « décollage » du groupe, emmène celui-ci sur des terrains moins symphoniques et plus électro... Drôle de mix, mais qui domine toujours sur « Heilig » comme nous le verrons. Quant à l'arrivée du guitariste Oli, outre le fait de faire de Letzte Instanz un groupe à sept membres, il l'ancre décidément dans le Metal et justifie sans doute la présence de cette chronique aujourd'hui chez Ultrarock.
Cependant, le groupe ne prend sa forme actuelle qu'après 2004 et le départ de Robin Sohn, en plus du guitariste d'origine et du bassiste... Ce changement total de visage ne l'empêche pas de poursuivre et voici dont « Heilig », notre sujet du jour... Comme je l'évoquais, les débuts du groupes sont bien lointains et ne laissent de traces ni dans l'écriture, ni dans le son général du groupe, résolument moderne et s'inscrivant plus dans la logique d'un groupe Goth actuel, avec ces rythmiques marquées et ces sonorités piquées à l'indus... Si l'on me demande mon avis (ce qu'on ne fait pas mais je suis là pour ça alors le voilà), cela remplace bien mal le coté médiéval, enlevant du relief au lieu de combler un manque.
Mais, je l'ai également mentionné, l'instrumentation à cordes survit, bien que reléguée en arrière plan, et certaines compositions se voient même habillées d'orchestrations Sympho (on ne se refait pas) : vous les devinerez sur « Unsterblich » (quoi, je n'ai pas mentionné que Letzte Instanz est germanophone ?), « Schlaf, Schlaf », « Die Erhabene », l'écriture allant parfois encore en ce sens (« Schau in mein gesicht »), mais de manière générale tout ce qui est sympho est décidément secondaire dans le son du groupe aujourd'hui.
Mais qu'est-ce qui est alors dominant ? Et bien vous le deviniez peut-être, cette tendance gothique moderne et ce son indus-isant. Ce qui est notable, c'est que le second ne chasse pas le premier, et cohabite même avec à l'occasion d'un « Eismeer » par exemple. En fait, le background orchestral est présent dans bien des cas, et ne se laisse déloger ni par la tendance Rock de « Der letzte tag » ni par cette « invasion » électronique que je disais constituer à mes yeux un bien piètre substitut...
Pour les autres tendances que j'ai évoquées, le Metal est bien présent sans surprise à travers les guitares sur « Winterträne » ou dès que le propos s'alourdit, mais il reste dans l'ombre de ces sonorités électroniques et ces rythmiques indus-ophiles. Ces dernières vont jusqu'à envahir l'écriture sur la plupart des pistes qui, si elles restent mélodiques, tendant vers la facilité de la Pop et la platitude de la musique actuelle.
Pour relever ça, il y a la spécificité du groupe, conférant sa touche assez allemande aux lignes de « Neue helden », « Für dich », « Dein gott » ou « Die erhabene », le choix de la langue allemande étant de plus fort judicieux. Le vocaliste du groupe, en revanche, ne met guère en relief cette musique qui en aurait bien besoin. L'instrumentation étant de plus assez figée, on ne peut pas dire que le tout soit très vivant, et l'interprétation de l'opus ne le met guère en avant...

Et comme, à mon goût comme vous voyez, les points forts sont peu nombreux pour soutenir le disque, on devra se contenter de ce petit goût spécifique à Letzte Instanz, fait de sens mélodique à l'allemande, de noirceur gothique, et de mélanges pas forcément de bon goût mais étonnants, Rock/Sympho ou Pop/Goth etc.

Le site : www.letzte-instanz.de + myspace.com/letzteinstanz

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr