Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




MALEVOLENT CREATION
" Individious Dominion "

MALEVOLENT CREATION Invidious Dominion

Massacre records

Après plus de 20 années d’existence et 10 albums au compteur, que pouvons-nous bien attendre des Américains de MALEVOLENT CREATION, pionnier du Death/Trash bourrin devant l’éternel.
Constitué des même membres que sur le précédent opus, « Doomsday X », nos petits amis de Floride, loin d’être gavés de violence primaire, remettent le couvert pour une 11ème réalisation dévastatrice au doux nom de « Invidious Dominion » (Domination injuste).
Après une écoute de cette nouvelle galette, ce pavé de brutalité est, comme je m’en doutais, toujours aussi direct et frontal. Pas de place ici pour les mauviettes et encore moins pour les oreilles sensibles. Un Brett Hoffmann au timbre vocal proche de l’ours des Carpates, une paire de six-cordistes à la technique Slayerienne et une section rythmique prompte à la bestialité primaire. Tel est ce qui vous attend à l’écoute de « Invidious Dominion ».
Après une courte intro, nous passons immédiatement au plat de résistance, « United Hate », nous mettant immédiatement dans l’ambiance de l’album. Riffs binaires, rythmique au taquet et vocalises éructées, suivis par un refrain ultra basique et vindicatif. La suite, « Conflict Finalized », part avec la même intension. Pas de place pour la finesse jusqu’à l’arrivée du duel des deux guitaristes, très proche de la paire King/Hanneman pour le rendu mélodique. Que ce soit avec « Slaughterhouse », « Compulsive Facebreaker » ou « Leadspitter », malgré quelques bons passages en solo, je peux vous faire un prix de groupe et vous emballer le tout dans le même sac. Même mode d’écriture, même déroulé et même mise en place. Mais au moins c’est efficace et sans chichis. La première surprise vient de « Target Rich Environment » qui, en ralentissant le tempo, apporte quelques variations à ce début d’album. « Antagonized » apporte, lui aussi, une touche nouvelle, grâce au très bon travail des deux guitaristes et à une rythmique plus aventureuse. Pour « Born Again Hard » nous retombons de nouveau sur un schéma trop basique pour ne pas éprouver quelques bâillements de lassitude. Heureusement, « Corruptor » nous redonne quelques couleurs et nous aide à poursuivre notre écoute. Pour conclure « Invidious Dominion », donnant son titre à l’album, vient clôturer cette galette et redonne quelques envies d’expérimentation à Brett, qui place son grunt de manière plus subtile, même si au final, MALEVOLENT CREATION, inévitablement, retombe dans ses même travers d’écritures.
Alors, que penser de cette onzième réalisation musicale ?
Premièrement, qu’il ne faut plus attendre de grands changements de la part d’un combo qui exerce depuis plus de 20 ans. Deuxièmement, que si l’ensemble des zicos sont tous de quasi membres originaux, il ne faut pas attendre, non plus, un approfondissement technique ultra bouleversant. Troisièmement, qu’en pratiquant un Death/Trash basique, il n’est pas évident de pouvoir mobiliser un auditoire sans, au bout d’un moment le fatiguer et l’user à force de réitérer la même formule.
Point positif à tout cela, c’est qu’avec MALEVOLENT CREATION et « Invidious Dominion » il n’y a pas de risque d’erreur sur la marchandise. Du Death Basique tu veux, du Death basique tu auras. Alors si c’est du rustique qui tache qui te fait monter aux rideaux, n’hésite pas une seconde. Mais, si tu as déjà d’autres albums du groupe dans ta besace, j’ai bien peur que celui-ci n’apporte pas grand-chose de plus.

Le site : http://www.myspace.com/malevolentcreation

Dave.






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr