Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




MNEMIC
" Sons of the system "

MNEMIC Sons of the system

Nuclear blast

On avait laissé Mnemic en 2007 avec un sentiment mitigé. Leur troisième album « Passenger », marquait l'arrivée de Guillaume Bideau (Scarve, One way mirror) au chant. Cet album fut une demi-déception pour ma part, le groupe n'arrivant pas à se renouveler, pire à décliner. Deuxième souci, notre « frenchie » avait abusé en long, en large et en travers de cris entre chaque phrase de certaines chansons, ce qui donnait au final une tambouille trop lourde et peu aérée. Guillaume avait tiré Mnemic vers le bas et allait causer sa perte si de grands changements n'intervenaient pas.

Pour ceux qui ne connaissent pas Mnemic, ce groupe danois fait partie de la génération cyber dont Fear factory est le père spirituel. Le groupe est un bon mélange de ce dernier avec Meshugah. Les deux premiers albums furent des réussites, le second étant plus varié, et de ce fait plus digeste, avec quelques hits. Si « Passenger » marquait le pas dans la carrière de Mnemic, « Sons of the system » va relancer la machine pour de bon. Le groupe retrouve l'efficacité de « The audio injected soul ». « Sons of the system » marque par sa grande mélodie, due en grande partie aux gros progrès du père Bideau. En effet, le monsieur a enfin compris qu'il ne servait à rien de gueuler toutes les trois secondes, et a bossé son chant clair pour pondre des refrains mélodiques qui font mouche. Mnemic ne réinvente pas sa musique, mais a su la transformer judicieusement. Alors oui, les fans de la première heure vont regretter le côté trop propre de l'ensemble. Mais à quoi bon nous servir le même album deux fois ? Mnemic sait faire du brutal, on le sait. Mnemic sait aussi faire du hit mélodique, et ce nouvel album marque la jonction entre le Mnenic d'il y a 7 ans et celui d'aujourd'hui. Là où Soilwork a buté, Mnemic reprend le flambeau et transforme l'essai avec brio. Ainsi se succèdent des « top song » tout au long de l'album, avec des variations de tempo bien senties, ce qui donne au final un album bien ficelé et agréable à la réécoute. N'étant pas fan de G.Bideau, je dois avouer que ce dernier a beaucoup travaillé. Ainsi, les refrains de « Diesel uterus » et « Hero in » sont de petits bijoux. « Mnightmare » et son rythme diabolique, ainsi que le rouleau compresseur « Within » en donneront aux plus hargneux. Pas ou peu de point faibles ne sont à signaler hormis quelques plans déjà sentis ailleurs. Côté production rien à dire, c'est carré et ça colle parfaitement au style assez froid du groupe. Pour ce qui est de la pochette, je passe mon tour et je vous dirais de juger par vous-même.

Mnemic s'éloigne un peu de ses racines et l'ombre de Meshuggah s'estompe. La place de leader dans le monde du métal mélodique à tendance cyber ne tient plus qu'à un fil. Mnemic revient dans la course et l'avenir s'annonce radieux si le groupe ne s'arrête pas là. Il faudra en effet passer le cap une bonne fois pour toute, et Mnemic prendra place dans la haute sphère des grands groupes. « Sons of the system » marque par son travaille de remise en question, et par les (gros) progrès de son chanteur. Le phénix Mnemic renait de ses cendres, reste à savoir si cela durera.

Le site : www.mnemic.com + http://www.myspace.com/mnemic

Jerem13

Meet ULTRAROCK at  :






E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
      
Design
: www.essgraphics.fr