Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




POISON SUN
" Virtual Sin"

POISON SUN Virtual Sin

Metal Heaven

« Oh non, pas un groupe à chanteuse ! ». Et bien non. Pourtant, en voyant la pochette, c'est ce que je me suis dit. Mais... mais comme pour une fois je chronique un CD et non des mp3 j'avais déjà glissé vite fait la galette dans le lecteur et « Voodoo » retentissait. Bon Dieu, quelle rythmique, quels riffs ! Et puis arrive le chant... dire que je la trouvais niaise sur la pochette ! Mais quelles tripes... En un titre, Poison Sun m'avait fait plus d'effet que d'autres groupes dont je dois écouter l'album entier avant de les adopter.
« Voodoo » est un titre lourd, parsemé de riffs Hard et Glam, et porté par ce chant rauque au beau timbre authentique. Un superbe groove, un peu Blues / un peu Southern entièrement au service d'une mélodie persistante, vous prend dès l'intro pour ne plus vous lâcher, et comment le pourrait-il alors que ni l'énergie ni le rythme ne connaissent la moindre faiblesse durant les quatre minutes du morceau où ils distribuent généreusement lourdeur Heavy, soli savoureux et incroyables cocktails à base de musique 70s autant que 80s et même 90s? C'est dit, rien que pour ce titre, quel album ! Groupe à chanteuse je disais? Pfff...
Et pourtant, si j'avais ouvert le livret avant, j'aurais appréhendé l'écoute de manière mitigée, car le groupe révèle du bon et du moins bon. D'abord, il s'agit du premier disque d'un projet de Hermann Franck. J'aurais donc d'emblée considéré Poison Sun comme une distraction de seconde classe, le bonhomme se consacrant avant tout au Accept nouveau ces derniers temps. Ensuite, je me serais méfié du fait que la vocaliste, Martina Franck, n'est autre que sa femme. « Mouais » je me serais dit, « on fait chanter sa madame ? Hmmm... ». Mais heureusement « Voodoo » tournait déjà. Et « Voodoo » débouchait sur « Red Necks », beaucoup plus Heavy, au chant encore plus puissant, plus vivant, au caractère 80s et allemand bien plus marqué... Et je demandais pardon au Seigneur de mes pensées impures à la vue de la pochette, tout en le remerciant de m'avoir évité de formuler celles que j'aurais eues en ouvrant le livret avant de lancer le disque.
Durant ce repentir, « Hitman » sort des enceintes avec sa rythmique de plus en plus puissante, sa dureté plus marquée et plus germanique, ses guitares plus présentes et ce chant creusant encore cet irrésistible sillon dur, rauque et cassé, ici soutenu par des churs pêchés par Hermann vous-savez-où. La section rythmique, assurée par le bassiste et le batteur du groupe Munichois Silent Decay, est d'une solidité redoutable, et le son est énorme (le mot convient), et assuré par Hermann lui-même qui a atteint dans ce domaine une maîtrise irréprochable (je vous rappelle son excellent travail pour Saxon, Molly Hatchet ou Rose Tatoo ! Et vous pouvez continuer de voir ses productions dans nos pages assez régulièrement).
Voilà donc la base de Poison Sun : un Heavy d'une force incroyable, très Rock et groovy, porté par une voix irrésistible. D'ailleurs Seigneur pardonnez-moi mes offenses et mes pensées impures Martina n'est pas juste la femme de Hermann mais une choriste professionnelle ayant déjà posé sa voix sur du UFO entre autres... Donc bon voilà, hum. Allez hop. Et le CD tourne et les titres s'enchaînent, toujours irrésistibles : « Rider in the storm » vient ajouter une corde à l'arc de Poison Sun en prouvant leur versatilité. Voilà en effet un titre presque True ou Power ! Avec une rythmique Speed, un chant tendant plus au crié et un solo très traditionnel, agrémenté d'une excellente partie instrumentale tout en breaks... Génial.
Et la suite va donner raison à cette impression, car on aura droit à du Hard Rock (le morceau-titre, ultra-pêchu et un peu Glam), du Rock 80s (« Princess »), du 90s (« Forever » et sa mélodie plus lente), du AC/DC (« Phobia »), et... du Pointed Sister, mais je veux dire littéralement : « Excited » ! Et ça le fait, mais on s'y attendait tant ce groupe est solide. Et Martina en remet une couche pour l'interpréter, sa voix se faisant plus dure et râpeuse... C'est en fait un pilier de Poison Sun autant que Hermann, avec cette voix incroyable et ses interprétations habitées, solides et variées : vivante et expressive sur « Red Neck », « Hitman », plus légère pour « Killer »... Idem pour Hermann qui varie les plaisirs autant que Martina, en fait.
La variété est en effet autant stylistique que musicale. Et même au sein d'un même morceau, on retrouve de la puissance, du rythme, du groove (« Voodoo », « Killer »... hmm!)... on va pêcher partout. Et le mariage est fabuleux. Il faut du doigté pour faire ça. Mais bon il s'agit de Hermann Franck, pas un manchot hein ? En conclusion : Poison Sun, ma meilleure surprise depuis longtemps.

Le site : www.poisonsun.de + myspace.com/poisonsun

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr