Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




RICK SPRINGFIELD
" Venus in overdrive "

RICK SPRINGFIELD Venus in overdrive

Frontiers Records

Son label gâte Rick Springfield... remixage de ses fonds de catalogue, et réédition de son dernier album, « Venus in overdrive », avec bonus track et DVD live. Come-back de la belle gueule des eighties enflammant les curs adolescents à coups de « Jessie's girl », ou uvre d'un artiste ayant survécu à cette période de légèreté et mûri ? « C'est un album à propos de l'amour sous toutes ses formes », explique-t-il, « et comme Vénus est la déesse de l'amour, il s'appelle Venus in overdrive ». Aïe...

Posons-le tout de même sur la platine... et là, qu'est-ce qui s'élève de vos HP ? Une sorte de son synthétique, trahissant sans doute un mixage informatique, froid et sans vie. Sans relief non plus... Ce n'est pas la production qui va nous enthousiasmer, donc... Alors persévérons pour juger cet album sur son contenu musical.
Les mélodies se révèlent assez 80s, avec des refrains faciles et des thèmes assez peu originaux. Toujours rien à se mettre sous la dent...
Nous poursuivons notre écoute, mais les titres s'enchaînent et se ressemblent. Le son ruine tout, guitares, percussions, et les mélodies sont toujours aussi plates. Pourquoi diable rééditer ça, se demande-t-on alors ? Certes, Rick a une très bonne voix, rien à redire à ce sujet-là, et elle fait toujours mouche après ces années passées, pas de problème. Mais sur ces compositions plates aux arrangements plus que légers, elle trouve peu de matière à mettre en valeur. Ceci dit il fait quelques efforts le Rick, mais qui ne vont pas forcément dans le bon sens. Non, il a plutôt l'air d'avoir un il sur les ondes FM, afin de capter ce qu'il ne connaît pas : ainsi, on a des tentatives de rythme R'n'B (si : « Venus in overdrive », malgré ses guitares), de la Pop purement Coldplay & Co. (« Oblivious ») ou plus directe à la Greenday (« Time stand still », « Mr. PC »), quelques mélodies Soul cuivrées plaquées sur des rythmes pourtant rock (« God blinked »)... comme si il s'était en effet amusé à parcourir toutes les ondes à la recherche d'idées. Le reste, malheureusement, est d'une platitude navrante, faite de ballades etc, toujours aussi peu originales.

Que retient-on de cette écoute, à part ce manque d'inspiration manifeste ?

Deux hommages bien rendus: un à Sahara Aldridge (« Saint Sahara »), pauvre gamine atteinte d'une tumeur cérébrale qui le mérite bien (l'hommage, s'entend), et un à John Lennon, « 3 warning shots » traitant de sa mort, plein de clins d'il à « I am the walrus ». Mais au final, une seule bonne piste, « Nothing is ever lost » : là on est loin du FM Mélodique, on a une magnifique guitare en accordage alternatif, qui parsème la plage de délicieuses lignes, une superbe progression mélodique et des harmonies vocales sublimes... et pourtant, ce n'est qu'un interlude de 2 minutes ! A se frapper la tête, on tient le seul moment authentique de l'album ! Mais non, Rick préfère rester dans la facilité. Il se condamne lui-même...

A part quelques tentatives diverses, la plupart des compositions sont donc de simples mélodies sans originalité remises au goût du jour, arrangées de façon extrêmement légère et formatée, et de plus aplaties par une production stérile. On apprécie pourtant la voix, toujours intacte et renouvelée d'un titre à l'autre, et les hommages rendus ici sont assez réussis. Cependant, pas de quoi relever le résultat final, peu intéressant pour toutes ces raisons. Je ne sais pas quel but s'était fixé Rick, se rajeunir, se renouveler, se remettre en selle, mais ici il n'atteint guère qu'une répétition de ce qu'il a déjà fait, la pertinence du contexte en moins (on n'est plus en 1984 et heureusement). Peut-être voulait-il se faire plaisir tout simplement, mais alors une sortie confidentielle aurait mieux convenu, car on parle tout de même là d'une seconde édition du disque. Bah, il doit encore rester quelques die-hard que cela satisfera. Non ?

Le site :  http://www.rickspringfield.com/ + http://www.myspace.com/officialrickspringfield

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr