Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




SAINTE OMBRE
" Contes et Chatîments "

SAINTE OMBRE Contes et châtiments

Brennus music

Ce groupe, composé de Céline au chant, Nico à la basse, David à la guitare et de Joey à la batterie (ayant remplacé Belette) est originaire de La-Roche-sur-Yon dans les Pays de Loire, oui exactement, ils sont donc français.
Formés en 2007, ils ont livré une première démo en 2009 appelée « croyances éternelles » dont 60% de ces titres se retrouvent aujourd’hui sur leur premier album (donc 6 titres sur 10 titres de ce « contes et châtiments ») qui nous emmène dans les années « moyen-âge et croyances ».
Le ton est ainsi donné rien que sur ce titre d’album naviguant entre métal symphonique et Gothique.
Nous sommes cependant un peu éloignés du métal symphonique mis en avant au grand public grâce, par exemple, à Nightwish et nous ne sommes pas totalement dans le Gothique, musicalement parlant, mais dans le style visuel et le style d’écriture, si.
Sainte Ombre chante en français, ce qui peut déstabiliser dans un sens, d’autant que les paroles sont assez redondantes sur ce plan (sacrilèges, sors, sorcière, prières, sang…).
On retrouve ainsi « prophétie » (vous me direz, et alors, Judas Priest a bien lui aussi un «  Prophecy », ce n’est pas pour autant qu’ils sont Gothiques. Certes, mais c’est sur l’album concept « Nostradamus » ce qui, là, explique tout…), « prière », « martyrs » ou encore « destination finale ».
L’album s’ouvre sur une introduction appelée sobrement « Ouverture », quelques petites secondes qui ont le mérite de poser le décor. S’enchainent ensuite les neuf morceaux avec leurs petites touches très légères de « symphonie ».
Dans l’ensemble, ce n’est pas mauvais mais ça manque furieusement de punch, de soli et de morceaux accrocheurs. Cet album est homogène et assez lisse du début à la fin. Donc si on aime un morceau, on aime tout l’album, ce qui d’un coté peut être un avantage.
La voix de la chanteuse est bonne, titillant le monde du lyrisme mais cette voix est encore monotone, elle évoluera sans problème, on sent la puissance qu’elle peut y donner et la technique est bien présente. Il ne manque plus qu’à prendre davantage de risques afin de donner plus de relief aux morceaux.
Musicalement, la gratte est présente mais, une fois de plus, il n’y a pas de prise de risque. Ca fonctionne, sans plus. On attend le moment où la guitare va s’emballer et tendre vers les aigus et nous sortir un joli solo…mais non.
La pochette de l’album renvoie bien à l’univers du groupe avec une vieille église, deux tombes dont deux mains en sortent et se tiennent mutuellement, un arbre sans feuilles et tout ça dans la nuit. On notera également, à l’intérieur du livret, une très belle photo du groupe en live.
Avis très mitigé donc car pour un premier album c’est encourageant, la production n’est pas du tout mauvaise, même si on aimerait un son de batterie plus profond et sourd et des soli mettant du relief à tout cela.
Il va falloir attendre l’évolution, voir si le futur sera plus hétérogène avec des morceaux vraiment différents les uns des autres et plus de niaque dans tout ça.
C’est toujours facile pour un chroniqueur de simplement juger sur des écoutes, mais il est évident que, derrière chaque album, il y a eu du travail, du temps consacré à la composition musicale, aux paroles, etc.
Laissons donc faire les choses, que ce groupe se construise encore sur scène et dévoile son réel potentiel, trouve son identité musicale car on sent ici une certaine hésitation, ce qui rend cet album un peu monotone.
Cependant, rappelons que c’est un groupe français ayant le mérite de chanter en français, ce qui n’est pas forcément chose évidente.
Laissons-leur donc le temps de nous surprendre dans les années à venir.

Le site : http://www.myspace.com/sainteombre

Mélou






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr