Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




SISTER SIN
" The Sound Of The Underground "

SISTER SIN True Sound Of The Underground

Metal Heaven

Nouveau coup de couteau de Sœur Péché au clair de lune... ou plutôt dans un sous-sol, maintenant. Et au petit matin, aussi, « Switchblade Serenades » de Sister Sin datant de 2008. Il révélait, aux détenteurs de l'album, aux vilains pirates de mp3 ou aux simples lecteurs d'Ultrarock, un quartet suédois mené par une charismatique vocaliste délivrant un mélange de Glam, Heavy, Thrash, Punk et bien d'autre choses encore comme l'on aime à faire au pays des éternels revivals. Les amateurs auront été ravis de voir le groupe encouragé par la globalement bonne réception de leur première production, qu'ils enchaînent par une série de concerts européens et nord-américains en première partie de Arch Enemy ou encore Motörhead, dans les deux cas des affiches assez bien pensées.
Sister Sin en effet, malgré la basicité de leurs influences, se démarquait par un côté Thrash/Punk voyou de petite frappe à la Motörhead , et le puissant chant féminin agressif de Liv, en Angela Gossow du Heavy. Ceux qui les découvrent avec « True Sound Of The Underground » seront charmés par ces deux aspects, et ceux qui ont déjà apprécié leur première livraison auront le plaisir supplémentaire de les voir affiner leur formule à un degré supplémentaire d'évolution. En effet, ici, le groupe recentre le propos sur le Heavy, et augmente la dose de Glam, tendance Skid Row / Mötley Crüe. Le single « Outrage » est parfaitement éloquent avec une dynamique omniprésente, très Heavy et lourde, pour une mélodie Glam soutenue par ces chœurs allemands qui font toute la puissance de cette recette. Le morceau-titre, quant à lui, privilégie le Heavy et a la bonne idée d'ouvrir l'album, pour recadrer le discours après ce réajustement stylistique, entamant ainsi le débat par un titre presque classique, à la rythmique quasi-Dio - voire Saxon - significative avancée depuis « Switchblade Serenades », donc... Ceux qui, comme moi, étaient sensibles à cet aspect du précédent opus seront ravis et conquis dès cette mise en bouche (« Outrage » suit « Sound of the underground »), quitte à être un peu désappointés par la suite, un poil en dessous niveau écriture.
Niveau stylistique aussi la nouvelle recette n'est élaborée à ce point que sur ces deux titres. Les neuf autres se rabattent sur l'aspect agressif qui était déjà un élément essentiel de leur premier album (qui se voit ici poussé au même niveau par des titres comme « Better than them » ou « Nailbiter » rythmiquement, « Beat 'em down » allant jusqu'à s'aventurer dans des terrains Metal au-delà du Heavy, et soutenu par des chœurs définitivement Germaniques de plus en plus présents, ceux de « Built to last », « Nailbiter », « Beat 'em down »...) et des rythmiques simplement Speed (« Heading for hell », par exemple). Ces rythmiques sont aussi moins classiques, moins « Heavy », et ôtent peut-être quelque chose à la fraîcheur de la recette telle qu'elle est présentée sur les deux titres d'ouverture. Bien-sûr le Heavy ou encore le Glam y sont toujours présents, et la cohérence de l'album ne pâtit donc pas d'une quelconque rupture stylistique : « 24/7 » jouit d'une rythmique et d'un solo bien traditionnels, « I stand alone » et « The Devil I know » aussi pour la rythmique, et « Built to last » lorgne clairement du côté du Glam, de même que « Times aren't a-changing » (boutade envers Dylan?) et « Beat 'em down » dans une certaine mesure, du moins le refrain (pas une boutade celui-ci mais un hommage au boxeur Ingeman Johansson). Voilà pour la compo.

L'interprétation, elle, ne souffre d'aucune faille, atteignant des sommets de puissance sur « Heading for hell » par exemple. A tel point que l'on a l'impression d'un certain déséquilibre, entre l'écriture de cet album et son interprétation...

Le saut qualitatif est indéniable, sur le plan de l'interprétation en tout cas, c'est déjà ça d'assuré. Sur celui de la composition, ce n'est pas aussi convaincant, mais au moins a-t-on assisté à une réelle redéfinition des visées musicales du groupe, avec un ajustement stylistique clairement pensé et élaboré. Il conviendra à certain, moins à d'autre, mais c'est un signe de maturité artistique, et montre une réelle dynamique vers une prochaine étape que le groupe nous prouve être incontestablement capable d'atteindre.

Le site : www.sistersin.com + myspace.com/sisterssin

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr