Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




STAGE DOLLS
" Always "

STAGE DOLLS Always

AOR Heaven

Si vous ne connaissez pas les Stage Dolls, sachez qu'il s'agit tout de même d'un groupe au quart de siècle d'existence... 7 albums au compteur, on peut parler de groupe établi. Originaires de Norvège, ils donnent dans une sorte d'AOR comme trop de leurs compatriotes mais ont au moins la légitimité de s'être formés à une époque où ce genre était encore d'actualité. Coproduit par leur chanteur et guitariste (et leader incontesté) Torstein Flakne, « Always » est donc leur septième galette, dans la veine des 2 précédentes qui cherchaient à confirmer le retour de la formation après une décennie assez calme, qui avait alors eu raison de la plupart de leurs collègues... mais eux sont restés.

Alors à ce point mon lecteur a une légitime inquiétude : Norvège + AOR = aïe aë aïe... Je ne peux malheureusement le rassurer que partiellement. Car en effet les Stage Dolls ne sont pas de piètres imitateurs comme je l'ai souligné, mais n'en reste pas moins qu'ils donnent eux aussi dans le Hard mélodique plutôt à la Def Leppard mais mâtiné de Pop et autres choses moins reluisantes...

Commençons donc notre écoute : le morceau-titre ouvre le bal et met d'emblée les choses en place. La formation est emmenée par la voix de Torstein, profonde et rauque dans l'esprit d'un Bryan Adams, mais malheureusement peu dynamique. Elle est accompagnée par des chœurs féminins américains, formation Soul qu'ils avaient déjà utilisée auparavant en 1988 pour leur 3ème album, de la même manière que l'a fait le Southern Rock ou des formations plus récentes comme les Black Crowes. Bon point donc, qui vient donner un cachet authentique à leur musique à part ça simplement Hard Rock 80s. Les années 80 nous ont légué le clavier aussi, malheureusement, et c'est donc lui qui vient compléter la palette sonore du groupe. Voilà le topo. Ces éléments vont dominer la plupart des titres, pour le pire et le meilleur. Le meilleur, ce sont ces chœurs qui ne vont pas disparaître, pour notre plus grand bonheur. Et pour ceux qui trouvent toujours l'idée saugrenue, sachez que la musique des Stage Dolls a ici pour principale influence la musique américaine. Ou – devrais-je dire – LES musiques américaines, car on balaie tout du Country rock (« Where the blacktop ends ») à Bruce Springsteen (« Raining on a sunny day »). Le pire (enfin c'est un peu fort, disons le moins bon) c'est Torstein, qui ne se résout décidément pas à pousser son organe... Dommage !

C'est aussi l'héritage 80s, à travers les claviers de « Better off pretty » ou l'esprit de Bon Jovi qui vient hanter la pourtant bonne « Where the blacktop ends ». Cet héritage viendra également spolier la composition de « Always », avec des mélodies variéto-pop bien trop nombreuses : « Eye of my heart », « Better off pretty », « Taillights »... franchement, pendant tous ces titres, on s'embête. Sinon, deux titres Glam viennent détonner : « Taillights » malheureusement plombé par sa mélodie mais surtout « Rollin' » emmené par une basse au groove sur-efficace. A côté de ça est à mentionner dans la même catégorie également le made in AC/DC « Saturday night ». A part ça, la majorité de l'album est avec surprise constituée de morceaux calmes appartenant au domaine du Rock, et principalement du Rock américain. La balade US qui clôt l'album en est la parfaite illustration, ou aussi « Highway's open » dont les guitares font penser à des lignes de U2.

On a un album en dents de scie avec tout ça je pense. Le groupe a beau se débrouiller avec les rythmiques lentes qui dominent son album, ce ne sont pas ces morceaux qui emportent notre adhésion. Non, c'est plutôt les morceaux Glam et les plus originaux, à savoir les plus riches en utilisation des choristes et la curiosité au violon Country. J'ai tendance à trouver l'enchaînement des morceaux Pop-Rock que j'ai mentionné particulièrement ennuyeux et ai comme l'idée que l'on partagera mon avis. Alors, que faire docteur ? Eh bien sans doute consulter un nutritionniste afin de rétablir un certain équilibre alimentaire, c'est-à-dire mieux digérer ses influences, pour les ressortir plus mêlées que cela, et ne pas nous offrir un demi-album piétinant lorsque l'autre moitié se fait remarquer par des éléments totalement absents du reste. Pas besoin de concentrer toute l'énergie dans 2 morceaux Glam, foutez-moi cette basse ronflante dans « Better off pretty », bon sang, vous avez assez d'essence pour faire démarrer ce morceau ! Mais ouais c'est la crise je sais.

Le site :  www.stagedolls.com + www.myspace.com/stagedolls

the_outcast

 






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr