Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




TARJA
" What Lies Beneath "

TARJA What Lies Beneath

The End Records

Le retour de la Reine de Glace... Son troisième album aura pris un peu plus de temps à composer à Tarja, mais elle semble particulièrement fière du résultat. Plus mature, plus profond, volonté de cohésion... elle y voit même l'influence de sa lecture de Paolo Coelho!
A mon oreille pourtant, la progression depuis « My Winter Storm » n'est pas flagrante. Le style reste celui de Nightwish, avec toujours ce son plus « grand public » et ce chant moins outrancièrement lyrique. Pas une révolution, donc. On peut en revanche trouver l'écriture un minimum plus poussée, pas forcément plus complexe mais du moins plus travaillée, bien que, encore une fois, dans le même style, dans un effort de creuser le même sillon mais plus profond. Les réussites ne manquent pas pour autant. Le morceau d'ouverture, « Anteroom of death », est une collaboration originale avec Van Canto, le groupe a capela allemand, pour une entrée en matière franchement fraîche et bien trouvée. Tellement originale que placer le morceau en ouverture rend la suite plutôt pâle... Les morceaux Heavy assez standard se succèdent, parfois dans une veine Nightwish (« Until my last breath »), parfois simplement sympho (« In for a kill », « Underneath »), mais généralement peu originale. Les morceaux plus Heavy, comme « Little lies », mettent certes davantage sa voix en valeur mais ne sont guère plus originaux. Cette voix, évidement toujours intacte, se fait elle aussi plus « grand public » (on le sentait sur « Winter Storm » et le son va dans ce sens aussi, c'est bien volontaire), ce qui ne veut pas dire que Tarja ne fait pas d'efforts : parties acrobatiques (« In for a kill »), modulations plus claires inédites (à la Den Adel autre Ice Queen tels « Anteroom of death », « Little lies »), mixage dépouillé... Elle s'est bien mise au travail, sans conteste. Sur « Dark star » (peut-être le meilleur morceau) Phil Labonte (chanteur de All That Remains et Shadows Fall) vient de plus lui prêter main forte. Instrumentalement, sinon, l'équipe (essentiellement composée de Doug Wimbish de Living Colour à la basse et Mike Terrana à la batterie donc pas les premiers venus avec qui elle jouait déjà) est irréprochable mais ne se distingue en rien. Sauf pour le délicieux solo de « Falling awake » joué par Satch'. Même le travail de Will Calhoun, pourtant pas un manchot (batteur émérite au beau curriculum et ex-membre de Living Colour lui aussi), ne relève pas « Crimson deep », morceau épique concluant l'album et se prêtant pourtant plus au développement instrumental. Les morceaux restants, enfin, se composent de mélodies charmantes mais sans imagination (« I feel immortal »), d'un « Rivers of lust » se distinguant par son charme ancien le démarquant, et de ballades là encore typées, comme « The archive of lost dreams ».
Rares sont donc les morceaux parvenant à se distinguer dans ce « What Lies Beneath » dont Tarja semble pourtant bien satisfaite. Ce qui ne veut pas dire qu'il manque de charme, ne serait-ce que celui de la voix de sa conceptrice. Oui, les compositions ne sont pas désagréables, l'orchestration est particulièrement soignée, etc... En fait, vous voyez sans doute de quoi il s'agit : un bon album, comme vous en connaissez d'autres dans le Heavy, pas du tout raté, même agréable, mais qui ne marquera pas longtemps. Ca a malheureusement tendance à se répandre, dans le Heavy...

Le site : www.tarja-whatliesbeneath.com

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr